"Loi climat = échec du quinquennat" : près de 50.000 manifestants partout en France

La rédaction de LCI
Publié le 9 mai 2021 à 18h16, mis à jour le 10 mai 2021 à 15h43

Source : TF1 Info

ENVIRONNEMENT - Près de 50.000 personnes ont manifesté ce dimanche selon le ministère de l'Intérieur pour une loi climat plus ambitieuse, alors que des doutes se font jour sur un référendum pour inscrire la lutte contre le dérèglement climatique dans la Constitution.

À Paris, les manifestants étaient rassemblés derrière une banderole "Loi climat = échec du quinquennat". Dans de nombreuses villes de France ce dimanche 9 mai, des milliers de personnes ont défilé dans les rues pour réclamer une loi climat plus ambitieuse, alors que des doutes se font jour sur un référendum pour inscrire la lutte contre le dérèglement climatique dans la Constitution. Des rassemblements étaient prévus dans plus de 150 villes à travers le pays, à l'initiative du collectif "plus jamais ça". Le ministère de l'Intérieur a comptabilisé 105 actions rassemblant près de 46.918 personnes dans toute la France dont 8500 à Paris. 

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.
Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.
Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

Emmanuel Macron s'était engagé devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) à envoyer aux parlementaires leur proposition de modification de l'article 1 de la Constitution mais face aux réticences du Sénat sur la formulation (le texte doit être voté dans les mêmes termes par les deux chambres pour pouvoir être soumis à référendum), le JDD affirme que le président a renoncé au scrutin. Même si l'Elysée a démenti, écologistes, partis de gauche et syndicats qui manifestent pour dénoncer "un rendez-vous raté pour le climat", y ont vu une preuve de plus des reculades de l'exécutif qu'ils dénoncent.

Un manque d'ambition, à leurs yeux, symbolisé par la loi "climat et résilience" adoptée mardi à l'Assemblée. D'ailleurs, de nombreux ex-membres de la CCC ont appelé à participer à ces "marches d'après" l'adoption du texte, après une première mobilisation réussie fin mars (110.000 manifestants en France selon les organisateurs, 44.000 selon la police). "Il s'agit de continuer à dénoncer le manque d'ambition de la loi climat et, depuis ce matin, l'abandon quasi certain du référendum qui constitue une reculade de plus", a résumé dans le cortège Cyril Dion, garant de la CCC.

Découvrez notre podcast "Impact Positif"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.


La rédaction de LCI