Loi immigration : commerces vandalisés, voitures endommagées, poubelles incendiées... une manifestation dégénère à Rennes

par A. LG avec AFP
Publié le 26 janvier 2024 à 11h06, mis à jour le 26 janvier 2024 à 11h37

Source : TF1 Info

Plusieurs centaines de personnes ont défilé jeudi soir dans le centre de Rennes pour dénoncer la loi immigration.
Masquées et cagoulées pour la plupart, ces dernières ont brisé les vitrines de plusieurs commerces dont certains ont été pillés.
Le parquet a annoncé dans la nuit l'ouverture d'une "enquête pour dégradations et vols en réunion".

Une manifestation non autorisée contre la loi immigration, a rassemblé jeudi soir à Rennes, à l'appel de plusieurs mouvements d'extrême gauche et d'étudiants de l'université Rennes 2, environ 450 personnes selon la préfecture. Parti dans le calme de la place Sainte-Anne vers 20h30, le cortège a sillonné le centre-ville derrière une banderole proclamant "loi raciste réponse anti fasciste". Mais l'ambiance s'est rapidement tendue et des manifestants, souvent vêtus de noir et le visage caché, ont brisé au passage plusieurs vitrines de commerces et tenté de mettre le feu à une agence bancaire place Hoche, selon un journaliste sur place.

Le parquet a annoncé dans la nuit l'ouverture d'une "enquête pour dégradations et vols en réunion". Cette enquête est confiée à la "division de la criminalité territoriale de la DIPN" (Direction interdépartementale de la police nationale), a précisé sur X le procureur de Rennes, Philippe Astruc. Selon le magistrat, les constatations des dégâts par des officiers de police judiciaire sont "en cours. Sans doute une quinzaine de commerces concernés".

"Beaucoup de tristesse, de colère et d'incompréhension"

Une enseigne de vêtements Crazy Republic a notamment été prise pour cible par des manifestants qui ont brisé la vitrine et emporté des vêtements. Plusieurs autres magasins ont été la cible de pillages. De nombreuses poubelles ont été incendiées et des voitures endommagées. Des barricades faites de poubelles et de grilles de chantier ont été érigées en plusieurs endroits du centre-ville. La police a fait usage de gaz lacrymogènes pour tenter de repousser les protestataires.

"Beaucoup de tristesse, de colère et d'incompréhension ce soir devant les dégradations perpétrées par des extrémistes cagoulés dans le centre-ville de Rennes", a déploré la maire de la ville, Nathalie Appéré, dans une série de messages sur X (ex-Twitter). "J'adresse toute ma solidarité et tout mon soutien aux commerçants dont l'outil de travail a été vandalisé", a poursuivi l'élue. "Nous sommes à leurs côtés".

Cette manifestation est intervenue quelques heures après que le Conseil constitutionnel a très largement censuré la loi immigration. Le gouvernement a annoncé qu'il s'apprêtait à promulguer le texte "dans les prochaines heures" pour appliquer les premières mesures "dès ce weekend".


A. LG avec AFP

Tout
TF1 Info