L'uniforme à l'école a-t-il le vent en poupe ?

Le service METRONEWS
Publié le 9 juillet 2014 à 18h47
L'uniforme à l'école a-t-il le vent en poupe ?

EDUCATION - En cette fin d’année scolaire, plusieurs établissements scolaires se sont prononcés en faveur d’un code vestimentaire ou même du port de la blouse dans les écoles. Véritable tendance ou cas particulier ? Metronews fait le point.

L’habit ne fait pas le moine, mais un petit sac de créatrice à 200 euros peut aider. A en croire Irène et Sacha, deux collégiennes du centre-ville de Marseille, la guerre des marques bat son plein dans les établissements scolaires. "C’est grave, témoigne l’une d’elle. Toutes les filles veulent le dernier accessoire à la mode. Perso, moi je m’en fiche, mais j’en connais qui se sont fait traiter de 'pouilleuses' parce qu’elles s’habillaient juste normalement".

Une dictature de la mode de plus en plus prégnante, selon les jeunes filles, qui inquiète les chefs d’établissements. Dans la très huppée Ecole de Provence, le directeur a d’ailleurs pris la décision de bannir les marques trop chères pour la rentrée prochaine. Exit donc, les vêtements de luxe ou réputés très onéreux, les élèves devront désormais porter des habits simples et sans logos apparents. A Toulouse, la principale du réputé collège Pierre-de-Fermat va même plus loin. Une consultation a été ouverte pour le port de la blouse afin d'atténuer les inégalités sociales entre les élèves.

Même réflexion du côté de Béziers ( Hérault) où Robert Ménard, le maire soutenu par le Front national, veut offrir des blouses à tous les enfants des écoles maternelles et primaires. Des exemples à la marge en métropole mais dans les Dom-Tom, la donne est différente : le port de l'uniforme y est généralisé et sert régulièrement d'exemple pour les défenseurs de ce code vestimentaire.

Des demandes "très minoritaires"

A l’occasion du projet de loi relative à la refondation de l’école de la République en 2013, le député UMP de Paris, Bernard Debré, avait glissé un amendement "proposant le port d’une tenue commune pour les élèves des établissements scolaires du premier et du second degré". Sur son blog, l’élu estime même que la réintroduction "d’une tenue commune dans les établissements scolaires permettrait de redonner aux élèves la conscience qu’être à l’école, c’est être dans un lieu spécifique et protecteur".

"Pas faux", nous répond en substance Michel Fize, sociologue spécialisé dans l’adolescence. Mais selon lui, la volonté de faire porter l’uniforme à l’école relève plutôt d’un problème générationnel : "Je crains que le fait de vouloir se distinguer dans la cour de récréation dérange les adultes. Cela relève parfois d’un raisonnement autoritaire".

Quoi qu'il en soit, le chef d’établissement n’est pas seul à décider du port ou non de l’uniforme, nous rappelle Bernard Vieilledent, responsable de la cellule juridique du syndicat des personnels de direction (SNPDEN). "Il faut que la décision soit prise lors d’un conseil d’administration avec des représentants des parents, des élèves, de la direction et de l’autorité de tutelle", détaille-t-il. Un long processus qui découragerait plus d’un chef d’établissement à vouloir modifier les codes vestimentaires. "Concrètement, conclut Bernard Vieilledent, les demandes en ce sens restent rares."


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info