Marie Laguerre, la jeune femme harcelée et frappée dans la rue, lance une pétition contre les violences faites aux femmes

Publié le 6 août 2018 à 10h51
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

CA SUFFIT - Après un site internet pour encourager les femmes à témoigner et un groupe Facebook recensant la parole de ces femmes importunées dans la rue, Marie Laguerre lance une pétition pour réclamer au gouvernement plus de moyens pour combattre le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles.

"Harcèlement, violences faites aux femmes : ça suffit !" : c'est ainsi que Marie Laguerre, harcelée et frappée dans une rue parisienne le  24 juillet dernier, a intitulé la pétition qu'elle a mise en ligne sur le site Change.org ce samedi 4 août. Directement adressée à la secrétaire d'Etat en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, la pétition réclame au gouvernement de vraies mesures et non des "mesures symboliques" pour lutter contre le harcèlement de rue et les violences faites aux femmes. 

Lire aussi

"Le projet de loi proposé par le gouvernement prévoit une amende de quatrième catégorie passible de 90 à 750 euros d'amende pour outrage sexiste. Si j'approuve la volonté politique de réprimer le harcèlement dans la rue, je rappelle que la loi punit déjà ce qui se déroule majoritairement : les injures sexistes sont passibles de six mois de prison ; les menaces de viol ou de mort de trois ans de prison ; les avances répétées relèvent du harcèlement sexuel ; les 'mains aux fesses' ou les actes des 'frotteurs' sont des agressions sexuelles passibles de cinq ans de prison", écrit Marie Laguerre. "Il est hors de question que tous ces délits soient déqualifiés en simples contraventions. Pour tout le reste, commentaires sur le physique ou sifflements, ils devront être pris en flagrant délit par la police du quotidien, afin que les agents dressent des procès-verbaux, ce qui exige une formation extrêmement ambitieuse de ces agents", continue la jeune femme de 22 ans.

Un milliard d'euros pour la formation des professionnels confrontés au harcèlement

Pour éviter que ces comportements perdurent, Marie Laguerre estime que l'accent doit être mis sur la formation et l'éducation. "Il faut apprendre aux enfants que tous ces comportements sexistes sont intolérables. Que les femmes ne sont pas à disposition des hommes", estime-t-elle. Elle réclame pour cela de la prévention contre le sexisme à l'école, de grandes campagnes nationales de sensibilisation à l'initiative de l'Etat et un milliard d'euros pour "former les professionnels les interviennent : les policiers, les magistrats, les médecins du travail et infirmières scolaires". Sur LCI, lundi 6 août, Marie Laguerre a ainsi salué les initiatives contre le harcèlement de rue dans la loi Schiappa contre les violences sexistes et sexuelles, mais regretté le peu de moyen mis à la formation des policiers : "Encore faut-il qu'ils puissent voir les délits et savoir les reconnaître. Il faut beaucoup plus de travail en matière d'éducation contre le sexisme".

Lire aussi

En plus de la pétition, Marie Laguerre a lancé ces derniers jours un site internet www.noustoutesharcelement.fr via lequel toutes les femmes peuvent publier des témoignages de harcèlement de rue. Ils sont ensuite publiés sur la page Facebook du même nom.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info