La France face à une 3e vague d'ampleur

Masque obligatoire à Paris : les joggeurs, conducteurs de vélo ou de trottinette sont-ils eux aussi concernés ?

L. V.
Publié le 11 août 2020 à 17h42, mis à jour le 12 août 2020 à 17h00
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

RÉGLEMENTATION - Le masque est imposé depuis lundi dans les espaces extérieurs les plus fréquentés de la capitale. La préfecture de police a mis fin mercredi au flou concernant les cyclistes et usagers de trottinettes, indiquant qu'ils n'étaient pas soumis à l'obligation.

La consigne pouvait mériter quelques éclaircissements. La nouvelle obligation de porter le masque depuis ce lundi 10 août dans certaines rues, quais ou marchés de Paris (comme dans 1.500 autres localités françaises depuis peu) concerne-t-elle exclusivement les piétons ou s'applique-t-elle aussi aux personnes se déplaçant sur des deux-roues, vélos ou trottinettes ?

Ce que contient l'arrêté préfectoral

Précisément, la mesure décrite dans les articles 1 et 2 du texte émis par la préfecture de police est la  suivante : 

• "A compter du 10 août, à 8h, et pour une durée d'un mois, le port du masque est obligatoire pour les personnes de onze ans et plus, dans les espaces publics suivants de Paris :

- les zones ou le respect de la distanciation est rendu difficile par le forte fréquentation, telles que matérialisées dans la carte figurant en annexe [NDLR : le détail dans chaque arrondissement est à retrouver ici] ;

- les marchés publics de plein air, les brocantes et vide-greniers.

 • L'obligation du port du masque ne s'applique pas aux personnes en situation de handicap munies d'un certificat médical [...]."

Lire aussi

Une mesure finalement réservée aux piétons

Il n'est en effet pas fait mention dans l'arrêté des scooters, vélos ou trottinettes et, sur les réseaux sociaux, plusieurs de leurs utilisateurs se demandent s'ils sont aussi soumis à l'obligation. La préfecture de police, jointe par LCI.fr, a indiqué dans un premier temps, que "cet arrêté s'adresse surtout aux piétons".  Une source policière précisait alors à LCI que les joggeurs seraient verbalisés pour non-port de masque dans les zones concernées, étant les plus à risque car évoluant à une vitesse lente, mais aussi les personnes à trottinette ou à bicyclette en fonction de l'appréciation des agents, notamment si elles sont statiques, marchent à côté du vélo ou à vitesse lente comme sur les Quais de Seine. En revanche, ni les personnes en scooter, ni les conducteurs de voiture ne seront sanctionnés s’ils ne portent pas le masque, nous assurait notre source.

Des subtilités manifestement difficiles à interpréter, puisque la préfecture de police a de nouveau apporté une clarification mercredi dans un communiqué. "Les usagers des modes de circulation douce tels que les vélos et les trottinettes ne sont pas concernés par cette obligation, dans la mesure où, étant de passage, ils ne font pas courir de risque de contact dans les voies dans lesquelles ils circulent", a fait savoir la PP. "Seuls les piétons doivent porter le masque, y compris s'ils font du sport, et feront donc l'objet de mesures de contrôle.

Pas de verbalisation (135 euros) les deux premières semaines

Côté sanction, une amende 135 euros peut être infligée aux personnes ne portant pas de masque dans les zones concernées de la capitale. Toutefois, la "pédagogie" est le mot d'ordre "dans un premier temps", selon les termes d'Audrey Pulvar, adjointe à la mairie de Paris chargée de l'agriculture et de l'alimentation durable, qui s'est exprimée ce dimanche face à la presse. "Ce n'est pas dès lundi, 8h, que les carnets de contravention vont sortir. Il va y avoir toute une phase de pédagogie à l'égard de la population, d'accoutumance de la population à ces nouvelles règles, puis ensuite éventuellement les contrevenants seront sanctionnés", a ainsi expliqué l'élue. 

Cette période de tolérance durera "au moins deux semaines", nous assure-t-on à la mairie de Paris. Objectif : faire comprendre aux passants que quand il y a du monde, il convient de se protéger si-même et par la même occasion de protéger les autres. 


L. V.

Tout
TF1 Info