Hijab et foot : FFF, Sénat, FIFA... qui veut quoi ?

Publié le 9 février 2022 à 18h19, mis à jour le 9 février 2022 à 18h33

Source : TF1 Info

Le match de foot entre les "Hijabeuses" et députés, prévu ce mercredi, a été interdit par la préfecture de police.
Un revers supplémentaire pour ces musulmanes, déjà échaudées par le revers infligé au Sénat.
Du côté des instances, FFF et FIFA se renvoient la balle.

Un match contre des élus sur l’esplanade des Invalides, à Paris. C'est ce qu'avaient prévu les "Hijabeuses", un collectif de jeunes sportives défendant le port du voile. C'était sans compter le préfet de police Didier Lallement, qui a interdit l'événement et ses "risques de troubles à l’ordre public" en s'appuyant également sur les textes de la FFF. Des textes incompatibles, selon les "Hijabeuses", avec ceux de la FIFA. Explications.

Les "Hijabeuses" veulent jouer voilées

Jouer au ballon avec un voile : c'est ce que souhaite les "Hijabeuses". Ce groupe est né au sein de l’association Alliance citoyenne, qui lutte depuis 2012 contre les inégalités au logement et aux services publics pour les femmes musulmanes. Le collectif des "Hijabeuses" a été créé en mai 2020 pour permettre aux filles voilées d'évoluer en compétition. Elles se sont invitées brièvement la semaine dernière dans le jardin du Luxembourg, au pied du Sénat, pour échanger quelques passes avec une banderole "Le football pour toutes", avant d'être invitées à partir par les gendarmes.

La FFF ne veut pas de voile…

Le voile dans le foot, non merci pour la FFF. En tout cas selon l'article 1 de son règlement. Celui-ci interdit "tout port de signe ou tenue manifestant ostensiblement une appartenance politique, philosophique, religieuse ou syndicale". La fédération française explique défendre le principe de neutralité dans le sport, ainsi que les "principes constitutionnels et législatifs de laïcité".

… et le Sénat non plus

Les parlementaires ont adopté le 19 janvier, contre l'avis du gouvernement, un amendement proposé par le groupe LR interdisant "le port de signes religieux ostensibles" lors "d'événements sportifs et compétitions sportives organisées par les fédérations sportives". Les sénateurs avaient déjà tenté une première fois, sans succès, d'interdire le voile en compétition lors des discussions sur le projet de loi controversé sur le séparatisme l'été dernier. 

La FIFA favorable

En interdisant le port du voile en compétition, la FFF se démarque de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). L'International Football Association Board (IFAB), l'organe garant des règles du football, avait en effet autorisé dès 2014 le port du hijab et du turban en compétition, à la fois pour les hommes et pour les femmes, après une requête de la Confédération asiatique et du Prince Ali Bin al Hussein de Jordanie, qui était alors l'un des vice-présidents de la FIFA.


Thomas GUIEN

Tout
TF1 Info