INTEMPÉRIES - Dans le sud du département, de nombreuses habitations ont été inondées à la suite de cet événement pluvieux qualifié d'exceptionnel par les services météorologiques. Une équipe de TF1 s'est rendue sur place pour constater les dégâts.

Dans la commune de Villandraut (Gironde), l’eau est montée si vite que Corinne et Bruno ont tout juste eu le temps de mettre en sécurité leurs parents dimanche soir. Au lendemain de cet épisode pluvieux qualifié d’"exceptionnel" par les services météorologiques, le couple de riverains a découvert, comme d’autres, leur maison entièrement inondée. "Mon père a 86 ans et ma belle-mère 90 ans. Toute une vie qui part", constate-t-elle, en larmes. 

La Gironde avait été placée par Météo France en vigilance rouge pluie-inondation dès dimanche après-midi. Dans le sud du département, durement touché, on ne compte plus le nombre de caves inondées. Avec parfois, jusqu’à 1m50 d’eau depuis le sol. "La chaudière est morte. Idem pour le congélateur, l’aspiration centralisée et tout l'électroménager que je stockais dans le sous-sol", raconte une autre habitante, les pieds dans l’eau.

Au cours des dernières 36 heures, il est tombé par endroit l’équivalent de deux mois de précipitations. De nombreux cours d’eau ont débordé et dans le village de Noaillan, un quartier se retrouve noyé sous près de 1 mètre d’eau. "On est là depuis 2004. Cela fait deux fois qu’on a été inondé, mais jamais à ce niveau-là. Vraiment, c’est le pire", explique Didier Gracia, habitant de Noaillan (Gironde). "On a écopé toute la nuit", relate son épouse, épuisée.

Le village d'Origne (Gironde), dans le sud du département, s'est lui retrouvé "sous 30 à 40 centimètres d'eau, du jamais vu", a dit à l'AFP le maire Vincent Dedieu. "On a commencé par un orage de très gros grêlons puis deux heures de très fortes pluies non-stop. Ce ne sont pas les ruisseaux qui ont débordé, c’est l’abondance d’eau qui s’est déversée dans le village. On pensait ne voir ça qu’à la télé, pas ici", a-t-il dit à l'AFP.

Plus de 500 interventions dans 136 communes

Depuis dimanche après-midi, les pompiers multiplient les interventions pour venir en aide aux sinistrés. "Nous sommes confrontés principalement à des assèchements de locaux, après avoir eu quelques mises en sécurité à réaliser au cours de la nuit", indique le Capitaine Matthieu Jomain, du service départemental d’incendie et de secours de la Gironde. En 24 heures, les pompiers ont réalisé plus de 500 interventions dans 136 communes. Et quelque 46 personnes ont été mises en sécurité suite à la montée des eaux. Mais "aucune victime n’est à déplorer", indique la Préfecture.

Du fait de ces violentes intempéries, certains axes routiers sont désormais impraticables. Un total de 89 routes départementales sont impactées sur le réseau secondaire dont 21 sont actuellement barrées par des chutes d'arbres ou débordements d'eau, tandis que dans les Landes voisines, 30 routes sont barrées et 12 sous surveillance dans le département, toujours selon préfecture.

Deux mois de précipitations en moins de 36 heures

Après la Gironde en milieu de matinée, le département voisin des Landes n'était plus à l'heure du midi placé en vigilance rouge. L'événement pluvieux reste encore assez actif au sud de la Garonne avec des bandes de précipitations modérées sur le sud de la Gironde, les Landes et en bordure des Pyrénées. Ainsi, sur l'ensemble de l'épisode pluvieux amorcé dimanche matin, les cumuls atteindront 140 à 160 mm localement sur le sud de la Gironde et le nord des Landes, représentant un à deux mois de précipitations en moins de 36 heures, souligne Météo-France.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info