Sept des trente participantes au concours Miss Univers Indonésie affirment avoir été contraintes de se dévêtir entièrement.
Les organisateurs étaient à la recherche de "cicatrices, cellulite ou tatouages" sur leurs corps.
D'autres plaintes pourraient suivre, selon l'avocate des plaignantes.

Elles disent avoir été contraintes de se déshabiller. Sept des trente finalistes du concours Miss Univers Indonésie ont porté plainte contre les organisateurs pour harcèlement sexuel, rapporte mardi 8 août leur avocate, Mellisa Anggraini. Deux jours avant la cérémonie de couronnement, les jeunes femmes, dévêtues, ont subi des examens physiques auxquels elles "ignoraient qu'elles seraient soumises, puisqu'il devait à l'origine s'agir d'un essayage", a souligné leur conseil. Cinq d'entre elles auraient par ailleurs été photographiées, nues, lors de ces examens.

Vers de nouvelles plaintes

Des représentants de la société qui organise le concours Miss Univers Indonésie, PT Capella Swastika Karya, avaient insisté sur la nécessité de scruter toute présence de "cicatrices, cellulite ou tatouages sur leurs corps", a révélé Mellisa Anggraini. Selon Trunoyudo Wisnu Andiko, porte-parole de la police de Jakarta, les plaintes seront instruites et pourraient servir "de base pour de plus amples investigations", alors que l'avocate des plaignantes assure que leur nombre pourrait augmenter.

La directrice nationale de Miss Univers Indonésie, Poppy Capella, a quant à elle réagi sur Instagram et remercié ceux qui ont partagé "leurs opinions, leurs sentiments et leurs analyses avec nous" après cet incident. "Vos commentaires ne sont pas que des mots : c'est une puissante force motrice", a-t-elle écrit. Le concours de beauté s'est déroulé à Jakarta, capitale du pays, du 29 juillet au 3 août dernier. Il avait pour but de sélectionner la représentante de l'Indonésie au concours annuel de Miss Univers, qui se déroulera au Salvador le 18 novembre prochain.


S.B. avec AFP

Tout
TF1 Info