La France face à une 3e vague d'ampleur

"Nous ne sommes pas des sauvageons qui pensent qu'à faire la fête" : la colère d'un patron de bar

La rédaction de LCI
Publié le 5 octobre 2020 à 0h26
JT Perso

Source : TF1 Info

COLÈRE - Matignon a annoncé dimanche soir que Paris passait en "zone d'alerte maximale", synonyme de nouvelles restrictions. Parmi elles : la fermeture des bars, qui devrait être confirmée lundi. Une décision qui passe mal auprès des professionnels du secteur.

"C'est tout un pan de l'économie qui va disparaître." Interrogé ce dimanche soir sur LCI, David Zenouda, patron d'un bar et membre du collectif Restons ouvert, n'a pas caché sa colère. En cause : les nouvelles restrictions qui doivent entrer en vigueur lundi, dont la probable fermeture des bars dans la capitale.

"La peur s'est installée, les Français ne veulent plus sortir. On a passé du temps à leur dire qu'il ne fallait plus aller au restaurant et, quand on sort, le soir, on aime aller boire un verre après le restau. C'est tout un pan de l'économie qui va disparaître. Après avoir réussi à tuer les discothèques, le monde de la nuit va disparaître complètement", a-t-il notamment estimé. 

Des mesures contraignantes prises pour 15 jours

"Notre 'sainteté Véran' part en croisade contre ce 'Draculavirus' qui sort après 22h", a-t-il ironisé, assurant que le collectif allait poursuivre son combat pour la survie de la profession. "On va continuer de lutter parce qu'on est capable de mettre des protocoles sanitaires même dans les bars de nuit, il ne faut pas croire que nous ne sommes que des sauvageons qui ne pensons qu'à faire la fête."

Les nouvelles "mesures contraignantes", qui concernent Paris mais aussi les trois départements de la petite couronne, entreront en vigueur mardi et seront détaillées lundi lors d'une conférence de presse à 11h30 par la maire de Paris Anne Hidalgo et le préfet de police Didier Lallement. Elles dureront au moins 15 jours et devraient notamment entraîner la fermeture des bars et cafés.

Les restaurants en revanche pourront rester ouverts, à Paris mais aussi partout en France, y compris à Aix-Marseille où ils avaient dû baisser le rideau il y a une semaine. Le gouvernement suit en effet l'avis du Haut Conseil de Santé Publique qui a validé dimanche le protocole sanitaire renforcé proposé par les professionnels du secteur et qui sera applicable dans les zones d'alerte maximale ainsi que dans les zones d'alerte renforcée.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info