La situation reste très tendue en Nouvelle-Calédonie.
Dans le nord de l'archipel, un homme a été tué alors qu'il tentait de forcer un barrage.

La situation est "loin d'un retour à l'apaisement", a estimé ce samedi matin la maire (Renaissance) de Nouméa, Sonia Lagarde. Quelques heures plus tôt, un homme a été tué sur un barrage tenu par des indépendantistes à Kaala-Gomen, dans la province Nord. Il s'agit d'un "Caldoche", c'est-à-dire un Calédonien d'origine européenne. Son fils a été blessé lors de l'incident, ainsi qu'un Kanak. Les indépendantistes affirment que la victime a voulu forcer le passage, et leur a tiré dessus avec une arme à feu.

Des affrontements hors de Nouméa

Les gendarmes sont en opération, dans la vidéo de TF1 ci-dessus, pour démonter un barrage des émeutiers. Une reprise du terrain progressive, mais qui concerne désormais tout le territoire de Nouvelle-Calédonie, et plus seulement Nouméa. Au nord de la Grande Terre, l'île principale de l'archipel, des hommes du GIGN ont dû descendre en rappel d'un hélicoptère pour sécuriser une gendarmerie. 

À Nouméa, le couvre-feu n'empêche pas de nombreux incendies dans des zones commerciales du centre-ville. Les habitants parlent de tensions permanentes durant la nuit. De jour, le calme est apparent. Pourtant, des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent des pillages en cours. C'est ce qui explique désormais la présence de nombreux comités de défense dans la capitale de l'archipel, devant les maisons et les commerces. Les blindés de la gendarmerie sont de plus en plus visibles dans le centre-ville. Mais le long de la route qui mène à l'aéroport, des hommes cagoulés et des barrages interdisent encore l'accès aux forces de l'ordre.


La rédaction de TF1info | Reportage : B. Christal, A. Creff, M. Bornet

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info