Odeurs suspectes au commissariat de Berck : les policiers transférés dans d'autres locaux

S.M avec AFP
Publié le 20 juin 2022 à 17h44
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Des émanations "semblant causer des problèmes respiratoires et cutanés", perturbent les effectifs du commissariat de Berck (Pas-de-Calais).
Ce que l'on sait sur ce phénomène, signalé pour la première fois en 2013, et qui "n'avait plus été observé depuis 2017".

Le problème, dont l'origine reste inconnue, frappe les policiers depuis 2013. Les effectifs du commissariat de Berck (Pas-de-Calais), parmi lesquels une soixantaine de policiers, vont être transférés dans d'autres locaux, en raison d'"odeurs suspectes, semblant causer des problèmes respiratoires et cutanés", a annoncé lundi la préfecture.

Selon la préfecture, ces odeurs sont à nouveau constatées au commissariat de Berck "depuis plusieurs semaines" alors que ce phénomène n'avait "plus été observé depuis 2017". "Par mesure de précaution, la totalité des effectifs du commissariat de Berck sera transférée, au cours du mois de juillet 2022, dans les locaux de l'ancien centre des Finances publiques", écrit-elle dans un communiqué.  

En 2014, après plusieurs malaises, la préfecture avait déjà transféré la soixantaine d'agents dans des bâtiments provisoires, le temps d'analyser l'air, mais les recherches n'avaient rien donné et les policiers avaient réintégré les anciens locaux.

Un tiers des effectifs en arrêt maladie

"C'est un grand soulagement pour tout le monde", et "notamment pour ceux qui ne se sont pas mis en arrêt maladie et continuaient encore à aller travailler tous les jours la boule au ventre", s'est réjoui auprès de l'AFP un des policiers, soulignant qu'un tiers des effectifs se trouvait en arrêt maladie. Le ministre de l'Intérieur a annoncé mi-mai la construction d'un nouvel hôtel de police à horizon 2024, pour environ sept millions d'euros. D'après les témoignages recueillis en mai par l'AFP, ces émanations se font sentir depuis 2013 mais les symptômes, qui touchent la "grande majorité du personnel", sont devenus depuis cet hiver "plus intenses" et "quasi-permanents".

Dans son communiqué de lundi, la préfecture annonce que le secrétariat général pour l'administration du ministère de l'Intérieur a missionné "une société spécialisée pour réaliser une enquête environnementale sur le site". Des analyses médicales ont également été prescrites à tous les fonctionnaires de police. Leurs résultats devraient être connus courant juillet. Pour le secrétaire départemental d'Unité SGP Police-FO, Arnaud Moreau, ce relogement constitue une solution "très correcte pour la santé et les conditions de travail des fonctionnaires". "On fera en sorte que les policiers restent (dans les locaux de l'ancien centre des Finances publiques) si une autre solution n'est pas trouvée" et la source du problème pas identifiée, ajoute-t-il.


S.M avec AFP

Tout
TF1 Info