L'interview Politique

"On est sur la mauvaise pente" : Laurent Berger appelle à "un sursaut dans le débat public"

Publié le 6 octobre 2021 à 10h32
JT Perso

Source : TF1 Info

INTERVIEW POLITIQUE - Invité sur LCI, le secrétaire général de la CFDT a fait part de sa colère face à au discours de certaines personnalités politiques, prompt à "agiter les peurs". Il appelle les acteurs du débat public à davantage de "maîtrise" de leurs propos.

"Quand j'entends des trucs comme ça, je suis effaré", a confié Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT ce mercredi 6 octobre dans l'Interview Politique sur LCI. Appelé à réagir sur la déclaration de Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône et vice-président national des Républicains, qui a affirmé mardi sur Cnews qu'une "épuration ethnique" était en marche dans certains quartiers, le syndicaliste s'est dit choqué par ces propos et a exprimé sa colère. 

"Quand des responsables politiques (...) sont à ce niveau d’absence de maîtrise, d’outrance, moi ça me fait flipper, a-t-il reconnu. On n'a pas le droit de dire ça quand on est en responsabilité aujourd'hui, parce que c'est faux et ça fait peur."

Laurent Berger a ainsi fustigé une tendance dans le débat public à selon lui "jouer sur les peurs et faire monter des sujets qui ne sont pas dans les priorités des citoyens et des travailleurs". "Il faut que les responsables publiques, y compris les syndicalistes, aient une maitrise de leur parole au lieu d'agiter les peurs partout" et de "tomber dans l'outrance", a-t-il préconisé, avant de lancer : "on est sur la mauvaise pente".

"On est en train de descendre la spirale"

Critiquant ceux "qui sont toujours dans le coût supplémentaire de l'outrance et qui se permettent de décomplexer" certains discours, il s'est notamment attaqué au polémiste Eric Zemmour, qui avait déclaré en 2019 que le maréchal Pétain avait "sauvé" des juifs durant la Seconde guerre mondiale. Des propos "insupportables", pour Laurent Berger. Face à cette tendance, le syndicaliste a lancé un "appel au sursaut dans le débat public". "Il faut que l'on s’y tienne, collectivement on peut le faire", a-t-il estimé. 

 

S'il a reconnu des "problèmes" qui doivent être étudiés, "arrêtons avec les formules faciles, les débats à la con" qui ont un effet "désastreux sur l’opinion", a-t-il enjoint. Laurent Berger a ainsi rappelé que la CDFT avait pris part à un appel lancé par le journal La Croix à "débattre vraiment", rejoint par plus de 2000 personnes dont des journalistes et personnalités politiques. Encourageant à davantage de "maîtrise de la parole", il a salué "plein de candidats aux élections politiques qui sont heureusement dans cette posture-là", face à "ceux qui déversent leur haine et leur méconnaissance de l'histoire"

Lire aussi

Rappelant que la CFDT est un syndicat indépendant, et que l'organisation "n'a pas de candidat ou de candidate" à l'approche de la présidentielle, il a aussi promis que le syndicat "essayera d'être très audible pendant la campagne" en commentant les propositions des différentes personnalités politiques en lice. 

Mais "il y a des candidats qu'on ne veut pas voir arriver venant de l'extrême-droite", a-t-il nuancé, citant Marine Le Pen. Quant à Eric Zemmour, qui n'est pas candidat déclaré pour l'heure, "il est négationniste, raciste, révisionniste et a été condamné déjà pour incitation à la haine", a-t-il fustigé. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info