Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Ouvriers polonais en renfort à l'usine d'Hordain : PSA fait marche arrière

La rédaction de LCI
Publié le 13 juin 2020 à 19h39
JT Perso

Source : JT 20h WE

POLEMIQUE - Le groupe automobile PSA s'est engagé samedi à revenir sur sa décision de faire venir en France certains de ses ouvriers polonais pour renforcer ses équipes du site d'Hordain (Nord). Des intérimaires locaux seront engagés.

Sous la pression du gouvernement et des syndicats, le groupe automobile PSA a décidé de réembaucher des intérimaires de la région alors que plus d’une centaine d’ouvriers polonais de l’usine de Giliwice étaient attendus dès ce lundi sur le site  d’Hordain (Nord), près de Valenciennes.

Le patron de PSA "s'est engagé à revenir sur cette décision", a indiqué ce samedi après-midi le ministère de l'Economie. "Le ministre a eu Carlos Tavares ce matin (ndlr : samedi), les deux hommes s'entendent bien, ça a été une discussion constructive", a déclaré le ministère. Joint par l'AFP, le constructeur automobile n'a pas souhaité pas faire de commentaires dans l'immédiat. 

La direction avait annoncé jeudi soir aux élus syndicaux qu'un "premier contingent" de 120 Polonais de l'usine de Gliwice - produisant des Opel Astra - allait  arriver, puis que 150 autres les rejoindraient la semaine suivante, tous pour une mission de trois mois, logés par l'entreprise dans la région et payés selon la convention collective française du secteur. Pour rappel, des salariés polonais de PSA sont depuis quelques jours en renfort sur le site du constructeur automobile à Metz.

Les ministres du Travail et de l'Economie étaient montés au créneau vendredi soir.  "Muriel Pénicaud et Bruno Le Maire ont demandé vendredi soir à PSA de renoncer à cette opération et d'embaucher en priorité les intérimaires", expliquait un communiqué conjoint. "Dans la situation actuelle, les entreprises doivent tout faire pour protéger l'emploi en France".

Plus tôt dans la journée ce samedi, le groupe automobile avait justifié sa décision de faire appel à ses salariés polonais en expliquant que la "crise économique brutale" générée par la crise sanitaire "nécessitait de réagir avec agilité et efficience, afin d'assurer la pérennité du groupe PSA". Les salariés polonais déjà présents sur le site de Metz continueront quant à eux leurs missions jusqu'au bout.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info