Covid-19 : la France face à la 7e vague

Vaccin : Moderna rappelle près de 800.000 doses après la découverte d'un moustique dans un flacon

Audrey LE GUELLEC
Publié le 12 avril 2022 à 18h08
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le laboratoire américain a lancé une alerte, vendredi, pour détruire l'intégralité d'un lot expédié en Norvège, en Suède, en Pologne, au Portugal et en Espagne.
En cause : la présence, détectée à Malaga, d'un insecte dans un flacon du vaccin.

765.000 doses de vaccin anti-Covid inutilisables à cause... d'un moustique. Le laboratoire Moderna a été contraint de rappeler l'intégralité d'un lot expédié en janvier dernier en Norvège, en Suède, en Pologne, au Portugal ainsi qu'en Espagne après la découverte d'un "corps étranger" à l'intérieur d'un flacon dans un centre de vaccination de Malaga, en Andalousie. Si l'Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS) n'a pas mentionné plus de détails sur l'incident lors de l'annonce du retrait, vendredi dernier, des sources sanitaires ont, depuis, confirmé au journal El Pais que l'insecte en question était bien à l'origine de cette mesure de "précaution".

L'insecte "n'a pas été détecté par les contrôles de routine"

Selon l'enquête interne de Moderna, ce dernier "est entré dans le flacon pendant la production, et n'a pas été détecté par les contrôles de routine." Le lot concerné avait quant à lui été produit dans les laboratoires pharmaceutiques Rovi, partenaire du laboratoire américain à Madrid, chargé de procéder au remplissage et au conditionnement du vaccin, dont le principe actif est quant à lui produit à Bâle, en Suisse. Outre l'Espagne, les autorités sanitaires des différents pays impactés ont été alertées.

Moderna a en outre précisé avoir effectué "une recherche cumulative dans sa base de données mondiale de sécurité" et n'a trouvé "aucun problème de sécurité concernant les personnes qui ont reçu le vaccin". Si le flacon concerné avait déjà été perforé, son contenu n'avait, lui, été administré à aucun patient. 

Lire aussi

Toujours selon El Pais, ce n'est pas la première fois que les laboratoires Rovi sont associés à un incident de cette nature nécessitant le retrait de vaccins par précaution. Pour rappel, fin août, c'est le Japon qui avait alerté sur la découverte de "corps étrangers" dans certains flacons impactant trois lots, et empêchant la distribution de plus de 2,6 millions de doses.


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info