La flambée des prix de l'énergie

Paris : les bouchers-charcutiers manifestent contre une facture énergétique qui s’envole

CQ
Publié le 29 novembre 2022 à 12h22
Une boucherie de Dijon, France

Une boucherie de Dijon, France

Source : JEFF PACHOUD / AFP

Des bouchers-charcutiers sont attendus devant l’Assemblée nationale, ce mardi 29 novembre.
Ils s’inquiètent de la hausse des prix de l’énergie, à laquelle ils sont directement confrontés, et réclament des actes forts de la part du gouvernement.

Après "plus de vingt ans" sans manifester, les bouchers-charcutiers et les traiteurs descendent dans les rues de Paris, ce mardi 29 novembre. Se réunissant de 11h à 13h devant l’Assemblée nationale, quelque 300 professionnels du secteur comptent alerter les députés sur les conséquences de l’inflation, et notamment sur celles de l’explosion des prix de l’énergie. Ils doivent s’y présenter en tenue professionnelle, factures à la main.

Hausse de l'énergie et des matières premières

Ils sont plusieurs à constater une facture atteignant des montants astronomiques, qui ont doublé ou triplé par rapport à l’année dernière. Des sommes passant de "4800 euros à un peu plus de 8000 euros sur l’année" qui vient de s’écouler pour une bouchère de Dreux, en Eure-et-Loire, ou encore "1200 euros" sur deux mois dans le cas d'un boucher de Meudon, dans les Hauts-de-Seine. Sans aide publique significative, le secteur ne s’en sort plus, selon la Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs (CFBCT), qui a appelé les professionnels à manifester, et, d'après un communiqué, à "éteindre symboliquement leurs lumières en signe de protestation contre la hausse du coût de l’énergie".

Autre motif de la colère ; la hausse des prix des matières premières, qui n’est pas récente (le magazine LSA alertait déjà sur le phénomène en 2019) mais qui s’est aggravée avec la reprise économique en 2021 et la guerre en Ukraine. Résultat, elle touche de plein fouet de nombreuses professions, notamment les bouchers-charcutiers. Face à ces contraintes, de nombreux professionnels ont déjà déposé le bilan, comme le raconte Var-Matin

Lire aussi

"Nous attendons de nos députés, prévenus de cette manifestation, un soutien massif et leur demanderons d’appuyer nos revendications auprès du Gouvernement qui, malgré les mesures déjà prises, n’a pas saisi l’ampleur de la situation et les conséquences économiques et sociales dramatiques que la crise énergétique commence d’ores et déjà à engendrer dans nos entreprises", réclame la CFBCT qui demande des actes forts. À la manière de l’Allemagne ou de l’Espagne, qui ont décidé de "mesures pour les entreprises visant à plafonner la hausse du coût de l’énergie". 


CQ

Tout
TF1 Info