La France face à une 3e vague d'ampleur

Pas de réouverture au 1er décembre : les restaurateurs "stigmatisés"

La rédaction de LCI
Publié le 13 novembre 2020 à 7h21
JT Perso

Source : TF1 Info

ECONOMIE - Si la baisse du nombre de cas de Covid-19 se poursuit, l'hôtellerie-restauration ne sera pas concernée par une réouverture au 1er décembre, a prévenu Jean Castex jeudi 12 novembre. Une annonce qui désespère le secteur.

Le Premier ministre Jean Castex a douché les quelques espoirs de rouvrir qu’entretenaient les restaurateurs. Lors d’une nouvelle conférence de presse, jeudi 12 novembre, il a confirmé une baisse "fragile" de la seconde vague de l’épidémie de Covid-19 qui rendait obligatoire un maintien du confinement au moins jusqu’au 1er décembre. Les commerces pourraient alors rouvrir, si la tendance se confirmait, mais ni les restaurants ni les bars ne seraient concernés.

Face à cette annonce le secteur de l’hôtellerie-restauration se sent "stigmatisé" par les mesures prises par le gouvernement. L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), la principale organisation du secteur, a déploré une décision "incompréhensible" et "incohérente" alors qu'ils font valoir un protocole sanitaire très strict et contraignant dans les bars et restaurants jusqu'au confinement.

L’UMIH avait d’ailleurs publié sur son site, mercredi 11 novembre, une enquête auprès de ses entreprises qui alerte sur la situation des hôtels, cafés, restaurants et discothèques depuis ce deuxième confinement. Selon ses chiffres, recueillis auprès de 6.600 entreprises françaises, 2 professionnels sur 3 craignent que ce deuxième confinement n’entraîne la fermeture de leur établissement. Pour ces chefs d’entreprises, la priorité reste l’exonération des cotisations sociales patronales pour toute l’année 2020 pour tenter de pallier les confinements et le couvre-feu qui ont frappé leur activité.

De son côté, le Groupe national des indépendants, organisation patronale de l’hôtellerie-restauration, craint les conséquences à plus long terme. "Non seulement on ne peut pas espérer cette ouverture prochaine, mais on ne sait pas à quelle sauce nous serons mangés : aurons-nous une saison d'hiver, qui représente 20% de chiffre d'affaires ?" s'est inquiété Franck Trouet, porte-parole de l’organisation.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info