Le rapport Sauvé révèle l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Église de France

Pédophilie dans l'Eglise : le fonds d'indemnisation des victimes financé par les "biens" de l'Eglise ou un "emprunt"

La rédaction de LCI
Publié le 8 novembre 2021 à 14h40, mis à jour le 8 novembre 2021 à 15h05
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

ÉGLISE - Un mois après la publication du rapport choc de la commission Sauvé, les évêques catholiques réunis à Lourdes ont annoncé lundi des mesures pour lutter contre les abus sexuels commis au sein de l'Eglise.

"Des gestes" et un "échéancier". Un mois après la publication du rapport de la commission Sauvé, les évêques catholiques ont dévoilé ce lundi des mesures pour lutter contre la pédocriminalité dans l'Église. La conclusion de plusieurs jours de travail, très attendue par les victimes d'abus sexuels commis commis au sein de l'Eglise.

"Du mal a été commis, beaucoup de mal a été commis", a déclaré au début d'une conférence de presse Eric de Moulins-Beaufort, le président de la Conférence des évêques de France. Le président de la Conférence des évêques de France expose "quatre mesures globales" qui ont des "effets immédiats". Un premier point est acquis : l'indemnisation sera individualisée. 

Un emprunt envisagé

Une commission spéciale va ainsi être créée pour indemniser les victimes. Elle sera dirigée par la juriste Marie Derain de Vaucresson. Cette commission doit fournir les moyens de remplir cette mission de reconnaissance et de réparation. Elle va abonder ce fonds "autant qu'il est nécessaire" en vendant des biens mobiliers ou immobiliers dont dispose la Conférence des évêques de France. Un "emprunt" est également envisagé pour abonder ce fonds. Cette indemnisation devrait concerner les personnes victimes de faits prescrits mais pas seulement puisque toutes les demandes seront honorées, a assuré le porte-parole de la CEF, Hugues de Woillemont.

Les montants des indemnisations ne seront pas connus immédiatement. Ils devront en outre être harmonisés avec le dispositif mis en place pour les victimes de religieux de congrégations ou d'instituts. En mars, la CEF avait promis le versement des premières contributions financières en 2022.

Outre la création d'une instance nationale et d'un fonds d'indemnisation aux victimes, le président de la Conférence des évêques de France annonce l'envoi d'équipes d'évaluation de la mission de protection des mineurs incombant aux évêques, ainsi que la mise en place de groupes de travail sur le sujet associant des victimes de prêtres.

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase) a secoué toute l'institution en estimant à 330.000 le nombre de personnes de plus de 18 ans ayant fait l'objet de violences sexuelles depuis 1950, quand elles étaient mineures, de la part de clercs, religieux ou personnes en lien avec l'Eglise.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info