9,1% des stations-service en France sont en pénurie d'au moins un carburant.
La situation semble donc s'améliorer au niveau national.
Cela cache néanmoins des disparités régionales, avec des départements beaucoup plus touchés par les pénuries que d'autres.

Si la situation semble s'améliorer à l'échelle nationale, de nombreuses stations-service restent touchées par des pénuries de carburants, alors que le mouvement de contestation contre la réforme des retraites dans les raffineries se poursuit. 9,1% des stations essence étaient en manque d'au moins un carburant ce 31 mars, en légère baisse par rapport à jeudi (11,17%). 

Sur les près de 10.000 stations que compte la France, 252 stations sont en rupture totale et 1098 ont été déclarées en rupture partielle, selon le site penurie.mon-essence.fr.

Une situation tendue en Ile-de-France

La situation est particulièrement tendue en Pays de la Loire, où la grève à la raffinerie TotalEnergie de Donges, en Loire-Atlantique, entre dans sa cinquième semaine consécutive. Trois départements voient plus de 20% à 30% de leurs stations manquer d'au moins un type de carburant (essence et/ou diesel) qu'elles proposaient le mercredi 1er mars, d'après des données gouvernementales analysées par l'AFP. Il s'agit de l'Indre-et-Loire (30,5%), de la Mayenne (26,8%) et de la Loire-Atlantique (21,9%).

La situation est encore plus tendue en Ile-de-France, notamment dans le Val-de-Marne (44%), en Essonne (42,3%), dans les Yvelines (32%) et à Paris (30,9%). Cela s'explique par le fait que les deux raffineries normandes stratégiques pour son approvisionnement, celle d'Esso-ExxonMobil à Port-Jérôme-Gravenchon (Seine-Maritime) et le site voisin TotalEnergies de Gonfreville-L'Orcher, ont stoppé leur production depuis plusieurs jours. Leurs stocks de carburants sont néanmoins pleins.

Deux raffineries conventionnelles sur six fonctionnent actuellement en France. Celles à l'arrêt peuvent cependant expédier leurs stocks par intermittence, selon les grèves. Signe concret de ces tensions, le site de vente en ligne entre particuliers Leboncoin a retiré vendredi deux annonces proposant de la revente d'essence, indiquant avoir "voulu prendre les devants". 


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info