Qu'est-ce que Pharos, la plateforme saisie par Jean-Luc Mélenchon pour signaler une vidéo violente ?

Publié le 7 juin 2021 à 20h46

Source : JT 20h Semaine

MODÉRATION - Suite à la mise en ligne d'une vidéo simulant le meurtre d'un électeur de La France Insoumise par le youtubeur Papacito, Jean-Luc Mélenchon a annoncé l'avoir rapportée sur Pharos. Retour sur le fonctionnement de cette plateforme de signalements de contenus illicites.

Pharos, acronyme de "plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d’orientation des signalements", a été créée en 2009 par le ministère de l'Intérieur. Ce site permet aux internautes de signaler du contenu et des comportements illicites circulant sur le web, que cela concerne la pédophilie, le racisme, l'incitation à la haine ou l'apologie du terrorisme. La plateforme ne s'intéresse pas seulement aux vidéos YouTube, mais aussi à tout contenu publié en ligne, que ce soit sur un site, un blog, un forum ou sur les réseaux sociaux. 

Comment fonctionne la plateforme ?

Lorsqu'un internaute est confronté à du contenu illicite, il peut le signaler sur la plateforme en renseignant la date à laquelle il a consulté le contenu, le site sur lequel il l'a vu, le type d'infraction et le lien du contenu en question.  

Les signalements sont ensuite analysés et évalués par une équipe de policiers et de gendarmes affectés à Pharos afin de déterminer s'il s'agit d'infractions ou non. Une fois les informations recoupées, ils alertent les services compétents tels que la police nationale, la gendarmerie, les douanes, la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) en France, ou encore Interpol. Une enquête est alors ouverte sous l'autorité du Procureur de la République. 

Pharos n’a en revanche pas vocation à s'occuper des urgences qui sont elles gérées par le 17 (police-secours). A la suite du meurtre de Samuel Paty, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, avait annoncé que vingt policiers et gendarmes allaient renforcer l'équipe de 28 enquêteurs de la plateforme.

Pour autant, la plateforme est-elle efficace ? Dans son dernier bilan rendu public en février 2020, la police nationale assure que plus de 1.500.000 signalements ont été traités depuis la création de Pharos. Rien qu'en 2019, la plate-forme aurait recueilli 228.545 signalements. Si ce chiffre est en augmentation, selon le ministre de l'Intérieur, la majorité concerne des escroqueries et arnaques financières. A contrario, entre 4.500 et 6.500 signalements concerneraient chaque année une menace terroriste.

Au-delà des chiffres, il est cependant reproché à la plateforme de ne pas permettre une suppression rapide du contenu signalé. Dans le cas de publications sur les réseaux sociaux, les internautes sont ainsi incités à les signaler directement auprès de ces plateformes, qui ont leur propre système de modération et peuvent agir plus rapidement. 

Le système de modération de ces plateformes n'est cependant pas transparent. La réactivité et l'efficacité des réseaux sociaux concernant ces questions restent critiquées. Dans le cas de la vidéo du youtubeur Papacito, elle a été supprimée par YouTube en fin d'après-midi, après avoir été vue malgré tout près de 108.000 fois ce lundi midi. 


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info