Énergie : une fin d'année sous le signe de la sobriété

Sobriété énergétique : les outils et aides publiques à disposition des entreprises

Maëlane Loaëc
Publié le 7 octobre 2022 à 14h23
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Le gouvernement a dévoilé jeudi un plan de sobriété qui comprend un volet de recommandations à destination des entreprises.
Pour les mener à bien, plusieurs outils en ligne et dispositifs d'accompagnement existent, comme les audits, expertises, formations, financements...
TF1info vous les présente.

Administrations publiques, commerces, transports, équipements, entreprises... Tous les secteurs sont appelés par le gouvernement à limiter leurs consommations d'énergie pour l'hiver, et même bien au-delà. Les sociétés et industries sont appelées à la contribution, que ce soit en réduisant l'éclairage et chauffage, en vérifiant l'isolation des bâtiments, ou encore en encourageant le recours au télétravail et aux transports moins polluants des salariés. 

Pour appréhender ces changements et les adapter à chaque environnement de travail particulier, de nombreux dispositifs d'accompagnement existent. Tour d'horizon des principaux outils mis en place par le gouvernement et des organismes publics. 

La plateforme Les entreprises s'engagent

Créée en 2018 par Emmanuel Macron, la plateforme Les entreprises s'engagent propose aux sociétés des ressources pour mettre en œuvre des actions sociales et solidaires, en coopération avec l'État. Le dispositif se dote d'un volet sur la sobriété énergétique : les entreprises peuvent souscrire à un plan de 15 actions en faveur des économies d'énergie, et sont accompagnées pour les mener à bien. Parmi ces 15 engagements, "éteindre l’éclairage intérieur des bâtiments dès l’inoccupation", "réduire l’éclairage extérieur", "piloter chauffage, climatisation et ventilation", liste par exemple le gouvernement. Plus de 30 sociétés du CAC40 ont sauté le pas, selon l'exécutif.

Concrètement, vous pouvez inscrire votre entreprise directement sur la plateforme via un formulaire pour bénéficier de ce suivi, mais aussi y retrouver de la documentation classée par dossiers (anti-gaspillage, efficacité énergétique, mobilité durable et animation). Le site centralise aussi sur une page de nombreux dispositifs d'accompagnement publics en fonction de vos objectifs précis, par exemple sur le diagnostic de performance énergétique des bâtiments ou l'optimisation des déplacements professionnels.

Auto-diagnostics, expertises et formations

De son côté, la Banque Publique d'Investissement (BPI) offre des recommandations personnalisées aux chefs d'entreprise via un outil, le Climatomètre, regroupant des ressources et formations en ligne et redirigeant vers des dispositifs de financement. Tout commence par un outil de diagnostic en ligne de 32 questions, réalisable en 15 minutes, pour auto-évaluer les conséquences environnementales de ses activités, proposé en partenariat avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). 

Dans de nombreuses régions, cette agence publique offre par ailleurs à certaines industries de financer pour partie un audit énergétique sur leur site de production pour identifier leurs dépenses et mieux optimiser leur consommation. Sont concernées les PME et les sites de moins de 250 salariés des grandes sociétés. Ces démarches peuvent faire gagner 15 à 25% d'économies en moyenne sur un site, selon l'agence publique. Celle-ci peut prendre en charge 50% des coûts de l'audit pour les grandes entreprises, 60% pour les moyennes et 70% pour les petites. 

Lire aussi

La Chambre de commerce et d'industrie (CCI) offre également la possibilité aux entreprises de bénéficier d'une visite sur site pour évaluer l'état des dépenses énergétiques et mettre au point ensuite un plan d'action, mais de aussi réaliser une auto-évaluation en ligne, d'être suivi par un conseiller et de profiter d'un programme de formation. Un parcours payant, mais dont une prise en charge totale ou partielle est possible, à discuter avec le conseiller CCI.

La BPI a aussi mis en place un "e-parcours Transition Énergétique et Écologique" de près de 20 heures de formations gratuites pour mener à bien cette transition au sein de sa société. Le dispositif complète un catalogue de 300 modules liés au climat, des webinaires aux tutoriels en passant par des podcasts, via sa plateforme BPIfrance Université.

Des dispositifs spécifiques pour les petites entreprises

La Poste met à disposition des PME et TPE le programme Baisse les watts, doté de 26 millions d'euros, destiné à les sensibiliser à la consommation d'énergie. L'objectif : permettre aux sociétés de mieux visualiser leur consommation via un "carnet de bord Énergie", accessible en ligne, les accompagner grâce à un conseiller personnel et les former à l'amélioration de leurs performances. À terme, le gouvernement espère en faire "un vrai dispositif d'implication du parcours de la TPE/PME face aux enjeux énergétiques". Sont concernées les filières les plus énergivores, comme les commerces et artisanats alimentaires, mais aussi l'hôtellerie-restauration et les bureaux. 

Par ailleurs, l'Ademe s'est aussi associée à la BPI pour mettre en place le dispositif Diag Eco-Flux, adressé aux entreprises de 20 à 250 salariés, en particulier les industries alimentaires, l'hôtellerie-restauration, l'artisanat ou encore le BTP. L'objectif : bénéficier de l'expertise de bureaux d'études spécialisés dans l'optimisation des ressources, comme l'énergie mais aussi l'eau par exemple, pour identifier les économies à réaliser et les pratiques à adopter pour devenir plus rentable et plus respectueux de l'environnement. La prestation est subventionnée à 50% par l'Ademe. 

L'agence publique, toujours aux côtés de la BPI, propose par ailleurs d'accompagner les petites sociétés "issues de l’industrie, la distribution, la restauration et l’artisanat" via le programme "TPE & PME gagnantes sur tous les coûts". L'accent est porté sur la lutte contre le gaspillage d'énergie et d'eau et la réduction des déchets. 

Un "Prêt Vert" pouvant aller jusqu'à un million d'euros

Parmi les dispositifs de financement existants, l'Ademe a également développé aux côtés de la BPI un "Prêt Vert", compris entre 10.000 et un million d'euros, pour une durée de deux à dix ans. Un dispositif permettant de financer les investissements des entreprises qui veulent amorcer une transition écologique et énergétique, notamment en limitant leurs impacts sur l'environnement, en réduisant leur consommation d'énergie et en investissant dans une mobilité plus durable pour les salariés et les marchandises. 

Parmi les bénéficiaires, les PME de plus de trois ans, ou pouvant fournir un bilan couvrant au moins deux années, grâce à une aide de l'Ademe au cours des trois dernières années ou d'un diagnostic Diag Eco-flux, proposé par la BPI. Différentes dépenses peuvent être couvertes par ce prêt : frais de formation, de commandes d'analyses, achat d'équipements, travaux de rénovation... D'autres dispositifs sont à retrouver sur la plateforme Les entreprises s'engagent, le site de la BPI et de l'Ademe. 


Maëlane Loaëc

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info