Gare aux arnaques : 64% des entreprises de dépannage à domicile en infraction, selon la DGCCRF

par C.Q
Publié le 23 octobre 2023 à 12h53

Source : JT 13h Semaine

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes alerte sur les abus des entreprises de dépannage à domicile.
Elle relève en 2021 des "anomalies très diverses et préjudiciables au consommateur".

Avez-vous déjà eu le sentiment de payer trop cher pour la réparation de votre évier ? Si oui, vous n'êtes plus seul. La DGCCRF, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, s'est penchée sur le sujet des abus commis par des entreprises de dépannage à domicile. Et constate que deux tiers des 545 établissements interrogés ne sont pas en conformité avec les règles en vigueur.

Des règles qui s'imposent à tous

Ainsi, dans 64% des cas, des infractions ont été relevées, au même niveau qu'en 2020. En Ile-de-France, cela monte même à 70% des entreprises contrôlées par Bercy. La plupart concernent "le prix réel des prestations, les qualifications professionnelles ou le non-respect des règles de protection des consommateurs" et sont suivies de dépôts de plaintes par la personne lésée. 

Notant des "anomalies très diverses et très préjudiciables au consommateur", la DGCCRF rappelle les règles en vigueur en cas de dépannage à domicile, qu'il s'agisse de travaux de chauffage, de plomberie, ou de serrurerie. Par exemple, le fait que "même sollicités en urgence, les professionnels doivent systématiquement présenter un devis quel que soit le montant de la prestation". Et ce, dès le premier euro déboursé. Ou encore que le professionnel doit communiquer, avant la conclusion du contrat, les informations relatives au taux horaire, aux frais de déplacement, ou encore à "toute autre condition de rémunération". Des règles qui s'imposent à tous et qui sont rappelées ici

La DGCCRF se veut rassurante et souligne que suite à des plaintes, "des peines notables ont été prononcées". Par exemple, un mis en cause a été condamné à deux ans de prison avec sursis après une enquête de la direction départementale du Rhône.


C.Q

Tout
TF1 Info