L'info passée au crible
Verif'

Pompier agressé : un phénomène en aggravation ?

Thomas Deszpot
Publié le 2 mai 2022 à 16h47
JT Perso

Source : TF1 Info

L'agression d'un pompier, lors de la manifestation parisienne du 1er-mai, a entraîné une vague d'indignation.
Gérald Darmanin expliquait en début d'année que les violences envers les pompiers avaient diminué l'an passé.
En prenant de la hauteur, on observe que les agressions à l'encontre des soldats du feu ont très nettement augmenté depuis 2008.

Alors qu'il tentait d'éteindre un début d'incendie en marge des manifestations du 1er mai à Paris, un sapeur-pompier a été agressé par une manifestante. Un acte qui a déclenché une salve de réactions indignées, à l'image de celle du préfet de police Didier Lallement, condamnant une "scandaleuse attaque". Le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, Grégory Allione, appelait pour sa part à ce que l'auteur(e) soit "repéré et puni". Un acte qui s'inscrit dans un contexte de recrudescence des violences envers les soldats du feu. Dimanche, dans la manifestation du 1er-mai organisée à Nîmes, deux sapeurs-pompiers ont également été agressés physiquement. 

Une situation en forte dégradation

Faut-il voir dans ces agressions des actes isolés, ou est-ce le symbole d'une tension croissante envers les pompiers en France ? En février dernier, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin laissait entendre que la situation s'améliorait : "En 2021, les agressions contre les sapeurs-pompiers ont baissé de 14%. (1518 agressions contre 1764 en 2020)", tweetait-il. Et de lister les actions entreprises par la majorité pour éviter de telles violences : au "dépôt de plainte systématique en cas d’agression à l’encontre des sapeurs-pompiers" s'ajoute ainsi un "déploiement des caméras-piétons", ainsi qu'une meilleure "protection avec les forces de l’ordre" durant les interventions.

Difficile, pour autant, de se baser sur les seules données relatives à 2020 et 2021 pour tirer des conclusions. Marquées par le Covid-19 et plusieurs confinements, ces deux années ne peuvent pas être considérées comme vraiment représentatives. Des travaux parlementaires récents, dédiés précisément aux violences contre les pompiers, peuvent en revanche nous éclairer. 

Lire aussi

La commission des lois du Sénat à l'issue d'une mission d'information, a formulé "18 propositions pour que cesse l’inacceptable". Avec un constat marquant : "les informations que les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) sont tenus de faire remonter depuis 2005 à la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) font état d’une augmentation constante du nombre des agressions dont sont victimes les sapeurs-pompiers", peut-on lire

En chiffre ? "2.813 agressions ont été déclarées en 2017, contre 2 280 en 2016, soit une augmentation de 23%". Et d'ajouter que "sur une échelle fixe de 10 000 interventions, 6 sapeurs-pompiers ont été agressés en 2017 contre 5 l’année précédente".

Plus problématique encore, le fait que "ce nombre a encore plus significativement augmenté en dix ans, avec 1 914 agressions de plus en 2017 qu’en 2008, soit une augmentation de 213 %"

Pour contrer cette tendance de fond, les sénateurs avaient suggéré plusieurs pistes, que ce soit la nomination d'un référent "sécurité" dans chaque service départemental d’incendie et de secours (SDIS), la "formation des sapeurs-pompiers aux différentes stratégies d’évitement et d’autoprotection", ou bien encore le fait de "prévoir la saisine systématique de la justice par le SDIS en cas de violence contre un sapeur-pompier, par l’intermédiaire d’un dépôt de plainte ou d’un signalement". 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas Deszpot

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info