"Pornographie immobilière" : quel est ce phénomène qui rend accros de plus en plus de Français ?

Publié le 19 mars 2024 à 17h29

Source : TF1 Info

De plus en plus de professionnels de l'immobilier se disent confrontés à une pratique semble-t-il en expansion.
Portée notamment par des émissions télé, elle repose sur un engouement prononcé pour les annonces voire les visites, pouvant virer à l'addiction.
Aux États-Unis, cette "obsession" a été baptisée "real estate porn", à savoir "porno immobilier" en français. Mais de quoi est-il question ?

C'est une pratique étonnante avec laquelle doivent désormais composer de plus en plus de professionnels de l'immobilier. Le "real estate porn", ou littéralement "pornographie immobilière" en français, semble compter plus d'adeptes qu'on ne l'imagine, selon une récente enquête consacrée au phénomène publiée par Se Loger, chiffres à l'appui. 

Alors que le travail des agents immobiliers s'en trouve directement impacté, certains d'entre eux prennent le parti d'adapter leurs pratiques en posant notamment des questions plus ciblées lors d'un entretien préalable à la visite, tandis que d'autres décident d'en jouer, comme aux États-Unis, où de nombreuses agences vont jusqu'à penser leurs annonces en ce sens. Il n'en reste pas moins que cette pratique peut, chez certaines personnes qui s'y adonnent, déclencher une addiction bien réelle. 

De quoi parle-t-on ?

Consultation compulsive d'annonces immobilières, téléchargements de photos de biens en nombre, visites régulières sans intention d'acheter... La "pornographie immobilière" renvoie à une série de comportements témoignant d'un engouement très prononcé pour les ventes de biens immobiliers, pouvant chez certaines personnes se rapprocher de la fascination, voire les faire basculer dans une véritable addiction. 

"On appelle ça des visites de tourisme", explique entre autres auprès de Se Loger Hélène Davergne, directrice de l’agence Breteuil Montmartre à Paris, estimant qu’il y a un gap entre le fait de prendre plaisir à regarder des annonces de biens immobiliers pour rêver, et passer à l’acte en allant jusqu'à visiter. Interrogé par Le Figaro, qui s'est également penché sur le phénomène, Claude Olivier Bonnet, fondateur et dirigeant de l'agence La Rose des ventes et de l'application Estimia, explique pour sa part que les personnes concernées "manifestent ce comportement dans l'immobilier comme ils le feraient dans d'autres domaines". 

Qui sont les Français concernés ?

À titre de repère, toujours selon l'étude Se Loger, 70% de Français confirment avoir déjà visité un portail immobilier sans projet particulier tandis que deux Français sur dix avouent le faire régulièrement, les 18-34 ans étant les plus nombreux à consommer les annonces immobilières (78%) dans ce sens.

L'étude précise en outre que 62% des Français consomment du contenu immobilier sur les réseaux sociaux et 85% d'entre eux ont moins de 35 ans.

D'où vient cet engouement ?

De fait, plusieurs facteurs semblent contribuer à l'expansion de cette nouvelle forme de consommation de l’immobilier, parmi lesquels figurent effectivement les réseaux sociaux. Pour cause : nombreuses sont les agences immobilières à investir les diverses plateformes, à commencer par Instagram, pour valoriser leur expertise et présenter leurs pépites en stock. À titre d'illustration, "la famille Kretz", qui expose son quotidien d’agents immobiliers de luxe dans l’émission "L’Agence", comptabilise plus de 277.000 abonnés sur Instagram.

Mais les émissions télé comme "Maison à vendre", "Déco", "Recherche appartement ou maison" ont sans doute également largement contribué à déclencher la passion de certains Français pour l’immobilier. 


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info