Pourquoi faut-il se méfier de la salive du chien ?

par Coline GRASSET pour TF1 INFO
Publié le 2 janvier 2024 à 10h00

Source : JT 20h Semaine

On laisse souvent notre chien nous lécher les mains ou le visage.
Ce geste qui paraît anodin n'est pas hygiénique.
Il peut même être dangereux, particulièrement pour les personnes à la santé fragile.

Vous adorez les bisous et léchouilles de votre chien ? Vous allez peut-être changer d'avis ! Sa salive regorge de bactéries, certaines dangereuses si elles entrent dans un organisme immunodéprimé. Profil à risque, recherches en cours, nous faisons le point sur les dangers de la salive de nos compagnons à quatre pattes. 

La salive du chien serait bénéfique : pourquoi c'est faux ?

La croyance populaire veut que la salive du chien soit désinfectante et cicatrisante, qu'il suffit qu'il lèche une plaie pour accélérer sa guérison. Pourtant, il n'y a rien de plus faux selon les connaissances actuelles. Non seulement la salive canine ne soigne pas, mais elle peut même ralentir le processus ou aggraver les choses en transmettant une nouvelle infection. En effet, elle contient naturellement de nombreuses bactéries, dont Capnocytophaga canimorsus. Certaines font partie de la flore buccale normale et d'autres ont été récupérées dans l'environnement de l'animal. La gueule et, plus encore, la langue sont utilisées par le chien pour faire sa toilette et entrer en contact avec tout ce qui l'attire. Pensez aux os enterrés dans le jardin depuis des semaines, aux charognes qu'il ne manque pas de vous rapporter pendant les promenades et autres objets d'une propreté plus que discutable…

Capnocytophaga canimorsus : que risque-t-on avec cette bactérie ?

Capnocytophaga canimorsus fait partie de la flore buccale des chiens et des chats domestiques. Non systématiquement présente, cette bactérie est dite commensale : elle n'infecte pas son hôte animal, mais profite de sa nourriture pour croître et proliférer. Un échange de bons procédés en somme ! Elle se propage par contact direct ou indirect avec la salive d'un animal porteur vers un autre individu ou un humain, soit par le léchage (ou une morsure), soit par le toucher sur une partie du corps du chien préalablement léchée.

Pour une personne en bonne santé dotée d'un système immunitaire performant, entrer en contact avec Capnocytophaga canimorsus n'est pas dangereux, même si une fièvre peut survenir. De plus, la bactérie est très sensible et ne résistera pas à la prise d'un antibiotique adapté. En revanche, elle peut entraîner une forte infection chez une personne immunodéprimée en raison d'une maladie, d'un acte chirurgical important (greffe…) ou d'une addiction qui affecte le système immunitaire (tabagisme, alcoolisme). Une étude menée par des chercheurs du CHRU de Brest en 2020 a établi un lien direct entre une infection à Capnocytophaga canimorsus et une méningite létale chez un homme mordu par son chien. La bactérie pourrait être responsable d'un grand nombre d'autres cas de méningites et de septicémies dans le monde, mais elle n'est encore que peu recherchée lors du diagnostic.

Dois-je interdire catégoriquement les marques d'affection de mon chien ?

Pas besoin d’interdire les câlins à votre chien, car ils renforcent la relation entre l'animal et son maître et il n'y a pas de risque majeur si on est en bonne santé. Toutefois, quelques gestes simples d'hygiène vous mettront à l'abri de toute infection, à Capnocytophaga canimorsus ou un autre agent pathogène. Juste après avoir reçu les léchouilles de votre compagnon à quatre pattes, lavez soigneusement la zone à l'eau savonneuse. Ne le laissez pas vous lécher sur une plaie ou une zone cutanée fragilisée et empêchez ces preuves d'affection démonstratives envers une personne à risque !


Coline GRASSET pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info