La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Pourquoi le maire de Saint-Brieuc refuse d'appliquer le couvre-feu à 18h

Léa LUCAS
Publié le 17 janvier 2021 à 22h22, mis à jour le 18 janvier 2021 à 10h50
JT Perso

Source : TF1 Info

CORONAVIRUS - Le couvre-feu avancé à 18h depuis samedi partout en France ne fait pas l'unanimité. La plupart des responsables locaux s'efforcent toutefois de le faire respecter à l'échelle locale, à une exception près.

La généralisation du couvre-feu à l'échelle métropolitaine 18h a pris effet ce samedi soir. Une décision gouvernementale à laquelle le maire de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) a répondu avec hostilité. Hervé Guihard a immédiatement fait savoir que les services municipaux à la petite enfance de sa ville resteraient ouverts aux horaires habituels, soit jusqu'à 18h45. "J'utilise le pouvoir dérogatoire prévu", se justifie-t-il. 

Objectif ? Faciliter la vie des entreprises et celle de nombreux parents. Selon ce membre de Place publique, élu pour la première fois en 2020, "fermer plus tôt ne change rien au niveau sanitaire" dans un département moins touché que la moyenne nationale par le coronavirus. "Moi, ce n'est pas qu'on interdise les gens d'aller à la plage en sortant du travail le soir qui m'intéresse, c'est plutôt que l'on puisse séparer les enfants entre les tables" lorsqu'ils déjeunent à l'école, "qu'on ait plus de personnel dans les lieux de restauration" ou encore "qu'on puisse ouvrir des salles plus grandes pour les entreprises le midi" car "c'est là que se trouvent les lieux de danger", affirme Hervé Guihard sur LCI. Mais faute de budget suffisant, l'élu ne peut pas mettre ces mesures sanitaires en place. 

Des horaires de fermeture inchangés

Le site de la mairie indique ainsi que les horaires de fermeture des structures périscolaires, de loisirs et liées à la petite enfance de la municipalité resteront bel et bien inchangés. Les familles pourront récupérer dès lundi leurs enfants aux horaires habituels comme avant le couvre-feu. La plateforme alerte néanmoins sur le fait qu'elles devront télécharger une attestation de déplacements, disponible sur le site du ministère de l'Intérieur. L'édile ne se voit toutefois pas en résistant local aux règles administratives nationales : "On essaie de nous faire passer pour un village gaulois... Je ne suis pas un irresponsable. Mais parce que j'ai ce petit pouvoir, je le prends".

En seulement quatre jours, la petite commune a par ailleurs mis en place l'unique centre de vaccination du département.


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info