Contre le cyberharcèlement, TikTok et Instagram intègrent un lien vers le 3018

par A. Lo. avec AFP
Publié le 9 novembre 2023 à 9h52

Source : JT 20h Semaine

Pour lutter contre le cyberharcèlement, TikTok et Instagram ont accepté de mettre en place une mesure.
Ces réseaux sociaux vont faciliter le renvoi des utilisateurs, victimes ou témoins, vers le 3018, numéro national d'aide.
Cet accès direct a été salué par les associations de lutte contre le harcèlement.

Faciliter la prise en charge des victimes de cyberharcèlement. Pour la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, ce jeudi 9 novembre, TikTok et Instagram se sont engagés pour faciliter la mise en relation de leurs utilisateurs, victimes ou témoins, avec des experts pouvant les aider. 

En partenariat avec l'association e-Enfance, les deux réseaux sociaux vont proposer un accès direct au 3018, le numéro national d'aide aux victimes de violences numériques. Celui-ci était déjà disponible par téléphone, par mail, par Tchat sur son application et via l'application Messenger, de Meta. Son accès va désormais permettre d'être élargi.

Un bouton d'appel direct

Sur Instagram, toute personne qui signale un harcèlement verra apparaître un bouton d'appel téléphonique permettant de joindre immédiatement les écoutants, psychologues et juristes du 3018, disponibles tous les jours de 9h à 23h. Sur TikTok, réseau très prisé des plus jeunes, il n'y a pas de bouton d'appel direct. Mais ceux qui signalent un cas se voient proposer un lien qui les envoie vers le site du 3018.

L'association e-Enfance a salué la mise en place du bouton d'appel direct, permettant d'appeler le 3018 sans sortir de l'application. "Nous demandions un bouton de sécurité ('safe button') depuis des années, nous l'avons aussi demandé au niveau européen", s'est félicité Justine Atlan, directrice générale d'e-Enfance. "Cela a pris un peu de temps à être compris mais nous sommes satisfaits qu'un accès direct ait été intégré", a-t-elle ajouté.

Selon elle, "cela va permettre aux jeunes victimes, une fois leur signalement établi, de bénéficier d’une prise en charge spécifique immédiate". D'autant que ce fléau concerne de nombreux jeunes. D'après un sondage de mi-octobre réalisé par cette association, un quart des familles ont déjà été confrontées à la question du cyberharcèlement d'un mineur. C'est 15% des élèves à l'école primaire, 25% au collège et 27% au lycée.

Pour faire face à ce phénomène, le gouvernement a présenté fin septembre une série de mesures, allant du signalement systématique des cas de harcèlement à la justice à la volonté d'exclure les élèves harceleurs des réseaux sociaux. Car 86% des 8 à 18 ans sont inscrits sur ce type de site, dont 67% des écoliers, 93% des collégiens et 96% des lycéens. 


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info