Météo : ce mois de mai pourrait être "le plus chaud jamais observé", selon Météo France

par Maëlane LOAËC
Publié le 17 mai 2022 à 11h41

Source : JT 20h Semaine

Depuis quelques semaines, le mercure s'emballe : il atteindrait 30 à 34 degrés dès ce mercredi.
Selon Météo France, les températures de ce mois de mai pourraient ainsi détrôner celles de mai 2011, mois le plus chaud enregistré jusqu'alors.

Depuis le début du mois, la chaleur s'est installée en France. Et le thermomètre va encore grimper : le mercure atteindra en milieu de semaine 30 à 34 degrés pour les maximales dans la plupart des régions de l'Hexagone, exception faite de la Manche et du littoral méditerranéen. Cet "épisode de chaleur exceptionnel par sa précocité, sa durabilité et son étendue géographique" pourrait bien battre des records, estime Météo France. 

Sur son site, l'agence météorologique s'attend en effet à ce que les plus hauts niveaux de température enregistrés lors des précédents mois de mai soient dépassés cette année dans le Nord et le Sud-Ouest du pays. "On pourrait connaître la journée de mai la plus chaude depuis le début des mesures au niveau national", note-t-elle. 

Déjà 2,7 degrés au-dessus des normales de saison depuis le début du mois

La température moyenne de 22,87 °C enregistrée le 28 mai 2017 pourrait être détrônée cette semaine puisque 23,5 degrés sont attendus ce vendredi, a précisé sur Twitter Gaétan Heymes, prévisionniste de Météo France. Quant à la température maximale, elle culminerait à 30,8 degrés vendredi, soit légèrement plus que le record de 30,33°C le 27 mai 2005.

Au point même que ce mois de mai pourrait être "le plus chaud jamais observé". Si la température ne baisse pas brutalement, il est "fort probable" qu'il enregistre des pics de chaleur plus forts que lors du précédent mois de mai le plus chaud, celui de 2011. Sur les deux premières semaines du mois, la température moyenne était déjà supérieure de 2,7 degrés par rapport aux normales climatologiques (enregistrées entre 1981 et 2010), contre 1,85 degré en mai 2011. 

De plus, "certaines villes comme Lyon pourraient connaître au moins 5 jours de suite dépassant le seuil de forte chaleur (30 °C), un événement rarissime en mai, observé une seule fois en un siècle de données (du 16 au 20 mai 1945)", ajoute Météo France, qui cite également le cas de Montélimar. Autre record, à l'échelle nationale cette fois : celui de la plus longue série de jours consécutifs plus chauds que la normale, ce qui vient renforcer la crainte de sécheresse. "La série a débuté le 11 avril et devrait se poursuivre au moins jusqu'au 21 mai. Le record de la plus longue série débutée au printemps, 37 jours du 4 avril au 10 mai 2020, sera battu", a tweeté Gaétan Heymes.

Ces pics de températures sont liés au changement climatique : sous son effet, les vagues de chaleur sont "amenées à devenir plus fréquentes et tendent à s’installer plus précocement au cours du printemps qu’avant", explique Météo France. Pour autant, rien ne permet de prédire que l'été sera spécialement chaud : après mai 2011, la période estivale n'avait pas enregistré des températures plus hautes que d'habitude.


Maëlane LOAËC

Tout
TF1 Info