"Merci aux caméras et courage à Michel", Aya Nakamura et de nombreux artistes réagissent à l'agression du producteur

La rédaction de LCI
Publié le 28 novembre 2020 à 11h40, mis à jour le 28 novembre 2020 à 11h59
JT Perso

Source : La Matinale LCI Week-end

INDIGNATION - Depuis jeudi, les personnalités françaises se relaient afin d'exprimer leur émotion. Alors que les images de l'interpellation violente de Michel Zecler ont inondé les réseaux sociaux, c'est au tour des artistes de prendre la parole.

Certaines voix résonnent plus que d'autres. Avec près d'un million de followers sur Twitter, la chanteuse Aya Nakamura n'a pas besoin d'écrire des paroles fortes pour que son message soit entendu. Vendredi 27 novembre, la star mondialement connue a simplement tweeté : "Merci aux caméras et courage à Michel". 

Cette phrase qui se distingue par sa sobriété est accompagnée des images diffusées par le média d'informations en vidéo Loopsider - devenues virales sur les réseaux sociaux. On y voit un homme noir se faire tabasser par plusieurs policiers pendant cinq minutes. Alors que ces images ont été largement condamnées par les footballeurs français à l'instar d'Antoine Griezmann et Kylian Mbappé, le monde artistique se réveille lui aussi pour exprimer son dégout. 

Dans la sphère du rap, le chanteur Dadju, l'un des plus gros vendeurs de disques en France et frère de Gims, a posté une story sur Instagram avec une photo du visage ensanglanté du producteur. Le chanteur Benjamin Biolay, par le même biais, a pour sa part diffusé des photos de la scène captée par les caméras avec cette mention "insupportable, choquant, injuste, fou".

Signe que le monde de la musique semble largement indigné par cette affaire, le directeur général de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) Jean-Noël Tronc, s'est lui aussi fendu d'un tweet : "Profondément choqué par ces images insupportables", avant d'ajouter : "Michel Zecler dont la dignité extrême dans sa réaction est une leçon de démocratie et de courage. Au-delà des faits individuels, une question de fond se pose pour la République et la diversité qui fait notre force".

Ce n'est pas étonnant que le passage à tabac de cet homme de 41 ans, fasse autant de bruit dans la sphère musicale. Pour comprendre, il faut revenir sur le parcours de cet homme qui a été l’un des producteurs dès 2016 de la tournée "L'âge d'or du rap français". Cet événement réunissait les vedettes des années 1990 comme Ménélik, Stomy Bugsy, Passi, Sages Poètes de la rue, Assassin, etc.

Lire aussi

Mais Michel Zecler peut aussi compter sur le soutien du monde du cinéma. "Cette vidéo ultraviolente est la raison pour laquelle nous continuerons à filmer la police", a réagi l'acteur Mathieu Kassovitz sur Instagram. Celui à qui l'on doit le film La Haine (1995) s'est toujours illustré par son engagement contre les violences policières et le racisme. Encore une fois, il ne manque pas à l'appel pour dénoncer le tabassage du producteur. 

"Nous verrons bien s'ils peuvent nous mettre en prison quand nous aurons les preuves de leurs crimes", enchaîne Mathieu Kassovitz, en référence à la proposition de loi controversée, dite "sécurité globale", initiative vivement combattue par des ONG et syndicats de journalistes. La Société des réalisateurs de films (SRF) juge d'ailleurs cette proposition de loi "dangereuse et liberticide."

L'actrice Alexandra Lamy s'est elle aussi insurgée dès jeudi sur Twitter. "Hier journée internationale contre la violence à l'égard des femmes et des enfants, Emmanuel Macron demande aux victimes de ne pas hésiter à appeler la police, heu pas sûre que ces images les rassurent. Dites-moi, ces hommes ne sont pas des policiers, nous sommes bien d'accord", ironise-t-elle au-dessus d'images montrant Michel Zecler frappé.                                                                                                                                                                                                          

Les mots de l'acteur Guillaume Canet sont tout aussi puissants : "C'est tellement la honte pour (ces) policiers, mais aussi pour nous, pour notre pays !", se désole-t-il. 


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info