Salmonelle, bactérie E Coli... de Kinder à Buitoni, la sécurité alimentaire pose question

Après la découverte de bulles blanches dans le Nutella et certains chocolats, Ferrero veut "rassurer les consommateurs"

Maëlane Loaëc
Publié le 19 avril 2022 à 18h01
JT Perso

Source : JT 20h WE

Suite au scandale sanitaire qui a frappé le groupe, de nombreux clients se sont inquiétés de découvrir de petites cloques à la surface de leur pâte à tartiner ou à l'intérieur de certaines confiseries.
Ces traces sont des "billes d'huile" qui ne sont pas dangereuses et ne changent pas le goût du produit, a expliqué l'entreprise.

Le rappel de nombreux produits Kinder ces dernières semaines pour une suspicion de contamination à la salmonelle a laissé des marques durables dans l'esprit des consommateurs : ils se montrent désormais très méfiants face aux confiseries du groupe italien Ferrero, et traquent tout indice inquiétant. Depuis la fête de Pâques, plusieurs clients ont fait part de leur colère sur les réseaux sociaux, en partageant des photos de pâte à tartiner Nutella, surmontée de petites cloques blanchâtres. 

Ce ne sont pas les seuls produits mis en cause : certains consommateurs ont également découvert de fines bulles à l'intérieur de Kinder Eggs, des chocolats spécialement vendus pour Pâques, mais aussi dans la crème des Kinder Joy. 

Tout comme le Nutella, ces œufs n'avaient pas été concernés par le rappel de tous les produits Kinder provenant de l'usine belge d'Arlon et produits entre le 15 octobre et le 10 janvier, identifiée comme le "foyer épidémique" après la découverte de 150 cas de salmonellose liés à la consommation de certains chocolats Kinder produits entre ses murs, comme des calendriers de l'Avent, commercialisés fin 2021. Les lots contaminés avaient été vendus dans neuf pays européens, dont la France, et avaient provoqué des infections, surtout chez des enfants de moins de dix ans. 

Lire aussi

Sur Twitter, le groupe Kinder, accusé d'avoir tardé à réagir lors de la découverte de cas de salmonellose, a répondu directement à l'une des clientes, pour "rassurer les consommateurs". Il a expliqué que les traces apparentes étaient liées à une "modification de la consistance du produit due aux conditions de stockage", sans incidence sur "la qualité et le goût" des chocolats ou de la pâte à tartiner, qui restent consommables. 

"C'est un phénomène connu dans l'industrie qui s'appelle 'granini'. Cela correspond à des petites billes d'huile qui se forment suite à des variations de température", a détaillé l'entreprise auprès du Figaro.

Quelques jours plus tôt, la maison mère Ferrero avait d'ailleurs partagé une liste précise des chocolats concernés par le rappel en cours.  

Par ailleurs, contrairement aux affirmations de quelques internautes, la salmonelle n'est pas visible à l'œil nu : cette bactérie mesure 0,7 à 1,5 micromètre de diamètre, et 2 à 5 micromètres de longueur. Le groupe met à disposition son service consommateurs par téléphone au 0800 653 653, mais aussi par mail, à l'adresse contact.fr@ferrero.com, ou encore sur ses réseaux sociaux, par message privé ou public.


Maëlane Loaëc

Tout
TF1 Info