Sécheresse : 2022, une année historique

Réchauffement climatique : anticipez la fréquence des canicules dans votre ville

Maëlane Loaëc
Publié le 28 août 2022 à 16h22, mis à jour le 28 août 2022 à 17h31
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Un ingénieur spécialiste des risques climatiques a mis au point un outil permettant d'évaluer le risque de voir le nombre de jours caniculaires augmenter.
Ce simulateur propose des projections partout en France, pour toutes les communes.
Plusieurs scénarios permettent de jauger ce risque dans les années à venir en fonction du rythme des émissions.

Particulièrement éprouvant, parcouru de plusieurs pics caniculaires, l'été 2022 pourrait constituer un avant-goût de ce que nous aurons à affronter dans les années à venir. Sous l'effet du changement climatique, ces canicules risquent de se multiplier, de durer plus longtemps et d'être plus précoces dans l'année. Mais comment savoir si ces pics de chaleur sont appelés à être plus nombreux près de chez vous ? L'ingénieur Thibault Laconde, enseignant à CentraleSupélec et spécialiste des risques climatiques, a mis au point un site vous permettant d'évaluer ce risque dans votre ville. 

Dès que vous entrez le nom de votre commune, la plateforme canicule.climint.com vous offre plusieurs informations, à partir des seuils propres à chaque département : le nombre de jours de canicule par an qui survenaient en moyenne pendant les années 2000, et une estimation de ce nombre de jours attendus pour la décennie en cours, et à l'horizon des années 1950. 

Trois simulations de scénarios

À Paris par exemple, on enregistrait deux jours de canicule par an en moyenne au début du siècle, mais "la fréquence de ces événements a déjà augmenté de 41%", note le site. Le nombre de jours pourrait monter à près de 2,8 jours cette décennie. Le simulateur propose aussi plusieurs scénarios dans les années à venir, plus ou moins optimistes. À l'horizon 2050, le nombre de jours caniculaires s'établirait à 2,6 en cas d'émissions réduites, mais monterait à près de cinq jours si les émissions étaient médianes, et même plus de six jours sur un modèle d'émissions élevées. "Une réduction rapide permettrait d'éviter environ 16 jours de canicule tous les dix ans", note la plateforme. À la fin du siècle, le scénario le plus pessimiste prévoit plus de 18 jours de canicule par an à Paris. 

Capture du site canicule.climint.com

La capitale est l'une des villes françaises les plus vulnérables face au risque de multiplication des canicules, comme le montre la modélisation ci-dessus, partagée par le spécialiste sur son compte Twitter. Le site ne prenant pas en compte "des phénomènes très locaux, comme les îlots de chaleur urbains", les températures pourraient grimper encore davantage dans les villes dans les décennies à venir.  

Thibault Laconde propose également via la start-up qu'il a fondée, l'entreprise Callendar, spécialisée dans l'évaluation des risques climatiques, plusieurs autres applications permettant de jauger au niveau local les effets concrets du changement climatique, accessibles sur son site. Plusieurs sont gratuites : parmi elles, l'évaluation des risques de feux de forêt et de submersion près de chez vous, à votre adresse, ou encore une rétrospective du rythme d'élévation de la température dans une commune précise sur les 70 dernières années. 

Lire aussi

Chacun de ces outils s'appuient sur des données scientifiques. Le site sur la fréquence des canicules puise ses sources dans le projet Drias, un portail du ministère de la Transition Écologique, qui centralise les projections climatiques de plusieurs laboratoires français de modélisation du climat. "Il s'agit de la meilleure évaluation disponible à l'heure actuelle. Cependant les projections climatiques ne sont pas des prévisions", souligne toutefois la plateforme, qui rappelle qu'elle présente uniquement "la situation la plus probable".


Maëlane Loaëc

Tout
TF1 Info