Une journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites est prévue le 31 janvier prochain.
Avant cette date, la CGT veut attiser la flamme du mouvement.
Des préavis de grève ce jeudi 26 et vendredi 27 janvier ont été déposés du côté des docks, des raffineries et dans le secteur de l'énergie.

La CGT prend de l'avance. Contre la réforme des retraites, le syndicat a déposé plusieurs préavis de grèves du côté des dockers, des raffineries et du secteur de l'énergie, en amont de la journée de mobilisation nationale prévue le 31 janvier. Un moyen d'"aller chercher encore plus de grévistes pour le 31 et montrer qu'on maîtrise l'outil de travail", a justifié auprès de l'AFP Fabrice Coudour, secrétaire fédéral de la CGT dans la branche énergie.

Grèves et actions locales

La CGT Mines-Énergie a ainsi déposé un préavis de 48 heures à partir de ce jeudi 26 janvier. Chez les électriciens et gaziers, des baisses de production dans les centrales nucléaires et les barrages étaient par conséquent à prévoir à partir de cette date. Elles ne devraient néanmoins pas provoquer de coupures de courant pour le grand public, tant elles sont encadrées par le gestionnaire des lignes à haute et très haute tension RTE. En tout début de journée, des opérations de filtrage à l'entrée des centrales nucléaires étaient aussi menées par les grévistes, retardant le démarrage du travail pour les équipes de jour.

La CGT-chimie a également déposé un préavis de grève de 48 heures pour le jeudi 26 et le vendredi 27 janvier 2023. Si l'arrêt des installations dans les raffineries n'est pas l'ordre du jour, les expéditions de carburants seront bloquées vers les dépôts. Chez TotalEnergies, la CGT faisait état ce jeudi matin de 100% de grévistes au dépôt de Flandres (Nord), mobilisés depuis mercredi soir, 80% à la raffinerie de Normandie, 60% à la bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), 50% à la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) et 30% sur le site de Grandpuits (Seine-et-Marne).

Les pétroliers prévoient aussi des actions locales avec les salariés des infrastructures portuaires, avec lesquels des manifestations communes pourraient être organisées. La fédération CGT des Ports et Docks a en effet appelé les ouvriers dockers et les travailleurs des ports à une grève de 24 heures jeudi.

Dans l'énergie, des actions de solidarité vont être menées. Gratuité, réductions de tarifs et rétablissement du courant pour les ménages coupés sont à prévoir, afin de contrebalancer les reproches adressés après l'annonce de "coupures ciblées", notamment contre des élus favorables à la réforme. Dès mercredi, des coupures ont aussi eu lieu sur des parcs éoliens et solaires dans le secteur de Montluçon, revendiquées par la CGT. Comme à chaque fois, Enedis a affirmé porter plainte.


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info