Réforme ferroviaire : les députés renforcent l'unité de la SNCF pour rassurer les grévistes

Le service METRONEWS
Publié le 19 juin 2014 à 8h55
Réforme ferroviaire : les députés renforcent l'unité de la SNCF pour rassurer les grévistes

ASSEMBLEE - Les députés ont validé mercredi soir un point clé de la réforme ferroviaire, l'organisation du futur groupe SNCF, en en renforçant son unité. Le but : convaincre les grévistes de cesser leur mouvement entamé depuis plus d'une semaine.

Les députés n'ont donc pas reculé face aux grévistes même s'ils ont tenté de les rassurer. Depuis mercredi, la réforme ferroviaire que contestent les cheminots de la SNCF est discutée à l'Assemblée nationale et les élus ont déjà validé mercredi soir un point clé de la réforme ferroviaire : le rapprochement de la RFF et de la SNCF.

Mais cette fusion est un écran de fumée selon les cheminots qui sont en grève depuis plus d'une semaine. Le texte prévoit en effet une organisation complexe avec trois établissements publics à caractère industriel (Epic), dont l'un nommé SNCF chapeautera deux filiales, "SNCF Mobilités" et "SNCF Réseau". Or, les salariés de l'entreprise publique souhaitaient une véritable fusion avec une seule entité.

Les trois entités de la SNCF seront "indissociables et solidaires"

Pour apaiser les grévistes, le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier a donc soutenu des amendements présentés par la majorité pour renforcer l'unité du futur groupe SNCF. Il s'y était engagé dans un accord signé la semaine dernière avec la CFDT et l'Unsa, qui n'ont pas appelé à la grève. Les députés ont ainsi adopté un amendement écologiste soulignant "le caractère indissociable et solidaire" des trois entités, SNCF, SNCF mobilités et SNCF réseau.

A LIRE AUSSI >> Contre quoi les cheminots de la SNCF font-ils grève

Ils ont également voté la création d'un comité central d'entreprise au niveau du groupe, là où le projet de loi ne faisait référence qu'à un comité de groupe, simple organe de concertation. Enfin, le groupe SNCF sera le niveau de référence des négociations sociales, et notamment de la négociation annuelle obligatoire (NAO) et la représentativité syndicale sera appréciée au niveau du groupe.

Reste maintenant à savoir si cela suffira à éteindre le mouvement social. Si le trafic s'améliore de jour en jour, les assemblées générales des cheminots en grève ont reconduit pour jeudi le mouvement lancé le 10 juin au soir par la CGT-Cheminots et SUD-Rail.


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info