Un SDF hérite de 100.000 euros grâce au travail de deux généalogistes

La rédaction de LCI
Publié le 25 janvier 2022 à 18h40
Les personnes dans la rue sont encore plus démunies avec l'épidémie.

Les personnes dans la rue sont encore plus démunies avec l'épidémie.

Source : PHILIPPE DESMAZES / AFP

Deux généalogistes ont passé plusieurs mois sur les traces d'un SDF, dont le père était décédé.
Ils ont réussi à le retrouver à Rennes, où il vivait.

Comment un SDF de Rennes a-t-il hérité de 100.000 € ? Il y a un peu plus de cinq ans, l’étude généalogique Audibert-Ladurée, basée à Argentré en Mayenne et spécialisée dans la recherche généalogique successorale et familiale, est contacté par un notaire.

"C’était un contexte familial complexe, sur fond de brutalités. Le fils a quitté le domicile dès qu’il a pu et s’est marginalisé", a raconté à Ouest France David Audibert, 45 ans, docteur en histoire moderne et généalogiste successoral. Les deux généalogistes, basés en Mayenne, vont alors passer plusieurs mois sur les traces de cet homme. Il n'avait qu'une information : l'homme serait un SDF à Rennes.

"Il a fallu lui apprendre que son père était mort"

"On contacte les organismes sociaux, les centres d’action sociale, les associations, pour voir si la personne est prise en charge, si elle est connue. Et on fait une enquête de terrain. On s’est déplacé à Rennes, on a arpenté les rues", a raconté David Audibert au quotidien.

L'étude parvient finalement à retrouver des adresses temporaires. "Des adresses ici et là, dont il se servait comme d’un point de chute pour son courrier. On lui a laissé une carte de visite et une lettre expliquant qu’on le recherchait dans le cadre de la succession de son père". L'idée se révèle la bonne, le quadragénaire se décidant un jour à les appeler. "Il a fallu lui apprendre que son père était mort, il ne le savait pas. Il était très affecté".

Après encore plusieurs mois durant lesquels les généalogistes échangent difficilement avec cet homme dont l'adresse change souvent, la succession est clôturée. L’homme a hérité de 100.000 euros grâce la vente de la maison familiale. "Mais l’argent ne l’intéressait pas du tout, souligne David Audibert. Il voulait davantage des nouvelles de sa famille, de sa sœur, des photos. Il a une belle âme. Cet héritage n’a pas changé le cours de sa vie. Il m’a dit plusieurs fois qu’il ne comptait pas changer de mode de vie, qu’il était bien comme il était."


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info