Les Français face à la pénurie de carburants

REPORTAGE - Bus, train, covoiturage... Les Français partent en vacances par tous les moyens

TF1info | Reportage : Ludovic Romanens, Patrick Ninine, Charif Souary
Publié le 22 octobre 2022 à 12h15
JT Perso

Source : JT 20h WE

À la Toussaint, toutes les zones sont en vacances simultanément.
Face au risque de panne sèche, les alternatives à la voiture se sont multipliées.
TF1 a passé en revue les systèmes D pour partir en vacances à tout prix.

Une équipe de TF1 a pris comme des millions de Français la route des vacances, comme on peut le voir dans le reportage ci-dessus. Alors que la pénurie de carburant commence tout juste à s'apaiser, les congés de la Toussaint ont vu les vacanciers modifier leurs choix pour assurer leurs séjours. Première solution, la voiture, malgré les risques de panne sèche subsistants, en direction du sud de la France.

La voiture, malgré tout

L'autoroute est dégagée. La circulation est fluide, le premier embouteillage commence à 40 km de Paris, à l'entrée d'une station-service. Beaucoup d'attente, mais il y a finalement de l'essence pour tout le monde. Près de 95 % des stations d'autoroute sont approvisionnées par les pétroliers, une obligation figurant dans leur contrat de concession. Notre équipe l'a vérifié dans une autre station près de Chartres : là, pas même d'attente devant les pompes, et des sourires sur les visages des vacanciers.

Le train plébiscité

Certains ont préféré jouer la sécurité et prendre le train. Un million de billets vendus en dix jours, et la SNCF a prévu 700 TGV pour le week-end. Les quais sont bien sûr bondés dans de nombreuses gares françaises : pour la Toussaint, toutes les zones sont en vacances simultanément. Il faut s'armer de patience pour accéder aux rames, dans une certaine cohue. Un voyageur sur quatre a réservé son billet à la dernière minute, pour éviter le risque de la panne sèche en voiture. "Vu le contexte actuel, pas moyen de prendre sa voiture", explique une jeune mère de famille dans un sourire résigné.

Le covoiturage, plus convivial

Pour les plus petits budgets, il y a aussi le covoiturage. Jules va ainsi à Rennes pour 32 euros. "J'ai une voiture", souligne le jeune homme, "mais en voiture l'essence, c'est trop cher". Son chauffeur du jour a réussi à faire le plein : près de 600 km d'autonomie, un argument choc pour remplir sa voiture de voyageurs en quelques heures. "Je voyage moins cher, et ça rend service à tout le monde, c'est l'idéal", résume celui-ci.

Lire aussi

Le bus, plus long mais moins cher

Enfin, une de nos équipes a aussi pris aussi le bus. Dans la gare routière, il y a un départ tous les quarts d'heure. La compagnie FlixBus, par exemple, a prévu plus de 300 autocars ce week-end. Le Paris-Nantes affiche complet : le voyage revient à 15 euros, une raison supplémentaire pour laisser sa voiture au garage, malgré les six heures de voyage. "Au moins je suis partie, et je ne reste pas à Paris, c'est l'essentiel", explique une voyageuse, "mais c'est long, il faut faire une grande sieste"


TF1info | Reportage : Ludovic Romanens, Patrick Ninine, Charif Souary

Tout
TF1 Info