Twitter dans la galaxie d'Elon Musk

Qu'est-ce que l'Appel de Christchurch, qu'Elon Musk assure vouloir faire respecter sur Twitter ?

T.D
Publié le 3 décembre 2022 à 15h12
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

À l'issue de sa rencontre avec Elon Musk, Emmanuel Macron a indiqué que Twitter allait participer à l'Appel de Christchurch.
Il s'agit d'une initiative conjointe de la France et de la Nouvelle-Zélande, qui remonte à 2019.
Son but : lutter contre le terrorisme et l’extrémisme en ligne.

À l'occasion de sa visite d'État outre-Atlantique, le président français a rencontré Elon Musk, le nouveau patron du réseau social Twitter. Emmanuel Macron assure avoir reçu des engagements au sujet de la modération des contenus, à l'heure où la politique permissive de l'homme d'affaires essuie une pluie de critiques.

Suite à cette rencontre, le chef de l'État s'est réjoui de constater "qu'Elon Musk a confirmé la participation de Twitter à l'Appel de Christchurch". Il n'y a de place "nulle part pour les contenus terroristes et extrémistes violents", a-t-il ajouté. Il fait ici référence à initiative lancée en 2019 avec la Première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern.

S'attaquer aux relais numériques du terrorisme

Sur son site internet, le ministère des Affaires étrangères explique la genèse de ce projet, ainsi que ses objectifs. On apprend ainsi que cet appel fait suite à "l’attentat du 15 mars 2019, à Christchurch en Nouvelle-Zélande, prémédité par son auteur pour être diffusé en direct sur les réseaux sociaux". À l'époque, ce drame a mis en lumière le fait "que les moyens jusqu’alors mis en place par les entreprises pour lutter contre la diffusion de contenus terroristes sur leurs plateformes n’étaient pas suffisants".

C'est de ces observations qu'est né l'Appel de Christchurch, à l’initiative du président de la République française, de la Première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, mais également de "10 chefs d’État et de gouvernement", de dirigeants d'entreprises du numérique et d'associations.

Lire aussi

De façon concrète, cet appel s'est traduit depuis 2019 par "la mise en place d’un règlement pour retirer dans l’heure les contenus en ligne terroristes ou violents", mais aussi par l'introduction de "protocoles pour lutter contre les contenus terroristes et extrémistes violents".  Une réforme du Forum mondial de l’Internet pour la lutte contre le terrorisme (GIFCT) a également été engagée.

Une 3e édition du Sommet de l'Appel de Christchurch s'est déroulée fin septembre 2022, conduisant à l'annonce d'un "travail sur les algorithmes, en partenariat avec les entreprises et la société civile, pour comprendre leur fonctionnement" et pour s'assurer "que leur nature même ne conduit pas à une amplification des contenus terroristes ou extrémistes en ligne". Dans le même temps, une "accélération de la lutte contre les contenus violents dans les nouveaux espaces en ligne" était présentée, étendue au "métaverse", aux "jeux en ligne" ainsi qu'au "darkweb". 

Si le patron de Twitter a annoncé une participation de l'entreprise à cette initiative, reste désormais à savoir de quelle manière la plateforme va adapter ses règles d'utilisation et sa modération des contenus. L'attitude d'Elon Musk au cours des dernières semaines en effet suscité d'importantes interrogations. Lorsqu'il a décidé de mettre fin à la lutte contre la désinformation liée au Covid, Emmanuel Macron avait par exemple réagi en estimant au cours d'une interview qu'il s'agissait d'un "gros problème".


T.D

Tout
TF1 Info