Le ministère français des Armées a dénoncé ce faux site Internet reprenant le logo officiel du ministère invitant 200.000 Français volontaires à laisser leurs coordonnées.
Il a été désactivé par les services français.
Cette opération est semblable à d'autres du même type attribuées à des intérêts russes ou pro-russes.

Attention, désinformation. Le ministère français des Armées a dénoncé ce jeudi sur le réseau social X un faux site internet reprenant son logo officiel et invitant 200.000 Français à "s'engager en Ukraine". "L'URL d'un site s'engager en Ukraine' qui reprend la charte graphique des sites gouvernementaux circule actuellement sur X", indique le ministère des Armées. "Ce site est un faux site gouvernemental, relayé sur les réseaux sociaux par des comptes malveillants, pour une campagne de désinformation". Le site en question, désormais inaccessible, invitait les volontaires à laisser leurs coordonnées. "Les immigrés sont prioritaires", précisait-il notamment, en proposant de discuter avec "Capitaine Paul, commandant d'unité".

L'organisme français de lutte contre les ingérences numériques étrangères, Viginum, contribuait à l'enquête, a indiqué à l'AFP le cabinet du ministre des Armées, Sébastien Lecornu. "Les services du ministère sont mobilisés aux côtés de Viginum pour faire la lumière sur cette manœuvre informationnelle ciblant la France", a précisé le cabinet du ministre, dénonçant "une usurpation d'un site officiel de l'armée de terre". Selon une source gouvernementale, le site a été désactivé par les services français. 

Le message du ministère publié sur X précise que l'adresse http://sengager.fr est la seule valide pour s'engager dans l'armée de Terre. Comme l’indique BFMTV, le nom de domaine (URL) du site a été enregistré le 15 mars dernier, soit le lendemain d'une interview d'Emmanuel Macron sur TF1 et France 2 où le président de la République disait "assumer" la possibilité d'envoyer des soldats occidentaux en Ukraine, tout en affirmant que la France "ne mènera pas d'offensive".

"La marque d'un dispositif russe ou pro-russe"

Le ministère des Armées ne désignait officiellement ce jeudi aucune piste quant aux auteurs du faux. Mais un haut responsable français a indiqué à l'AFP qu'il portait "la marque d'un dispositif russe ou pro-russe, dans le cadre de la campagne de désinformation selon laquelle l'armée française se préparerait à envoyer des hommes en Ukraine" se battre contre la Russie. "Tout converge : le narratif, la méthode. Il y a une manoeuvre", a-t-il ajouté sous couvert de l'anonymat. Celui-ci a évoqué, entre autres exemples récents, des images de convois français circulant prétendument vers la frontière ukrainienne diffusées récemment sur les réseaux sociaux.

Après être longtemps resté sur la défensive face aux assauts informationnels russes, Paris s'est lancé ces dernières semaines dans une dénonciation musclée et méthodique des multiples tentatives de déstabilisation ciblant la France, téléguidées, selon les autorités françaises, par Moscou pour saper le soutien de l'opinion publique à la cause ukrainienne. Dans une interview au Figaro publiée ce jeudi, le chef de Viginum, Marc-Antoine Brillant, révèle que l'organisme a identifié l'an passé près de 230 phénomènes inauthentiques sur les réseaux sociaux, dont une douzaine d'ingérences étrangères. "C'est 40 % de plus qu'en 2022", précise Marc-Antoine Brillant. "La Russie s'affirme comme l'acteur le plus agressif sur le champ informationnel", ajoute-t-il.


JC avec AFP

Tout
TF1 Info