Salon Milipol sur la sécurité à Villepinte : un stand fermé après la découverte "d'équipements de torture illégaux"

La rédaction de LCI
Publié le 23 novembre 2017 à 12h15
Salon Milipol sur la sécurité à Villepinte : un stand fermé après la découverte "d'équipements de torture illégaux"

Source : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP / Photo d'illustration

POLÉMIQUE - Le salon Milipol Paris, consacré à la sécurité intérieure des États, s'est ouvert mardi à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Un stand a été fermé, après la découverte de menottes électriques par Amnesty International.

Depuis le mardi 21 novembre, le salon Milipol tient séance à Villepinte (Seine Saint-Denis). Un salon consacré à la sécurité intérieure des Etats devenu une institution, accueillant cette année (sa 20e édition) plus de 1000 exposants de 55 pays. Sauf que l'un d'entre eux a été prié de plier bagages. En cause : la présence (entre autres) sur son stand de menottes électriques, un équipement interdit dans l'Union européenne.

C'est Amnesty qui, ce mercredi, a révélé l'information. L'ONG dénonce la présence "d'équipements de torture illégaux" sur des catalogues présentés par des entreprises chinoises. En outre, sur catalogue, l'ONG assure que ces derniers proposaient des matraques à pointes, des fourches anti-émeute à pointes et des gilets envoyant des décharges électriques, ou encore de lourdes entraves pour les pieds. Autant d'équipements illégaux, selon la Convention de Genève.

COMMENT LES POLICIERS UTILISENT LEURS ARMESSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

"Le stand a été immédiatement fermé"

"L'importation et l'exportation d'équipements de torture sont interdites dans l'Union européenne depuis 2006. En 2016, l'UE a également interdit la promotion et l'exposition de ces équipements dans les salons professionnels", rappelle Amnesty International dans un communiqué.

Des faits confirmés par la direction du salon. "Le stand a été immédiatement fermé avec contrôle d'huissier et cet exposant a quitté définitivement l'enceinte du salon", a déclaré à franceinfo Muriel Kafantaris, la directrice des salons Milipol. "On ne peut pas laisser ce genre de matériel en exposition chez nous." Avant d'ajouter : "Nous avons un bureau de contrôle qui patrouille toute la journée sur le salon, pour vérifier que les matériels exposés sont conformes à la Convention de Genève. Nous avons une déclaration des exposants sur ce qu'ils vont exposer. La déclaration des exposants est conforme au règlement. Comment ces menottes ont pu arriver jusqu'à Milipol ? Je ne sais pas".


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info