Barbecue, addition, cuisine... Les clichés sexistes font de la résistance

Publié le 23 janvier 2023 à 15h46, mis à jour le 23 janvier 2023 à 17h29

Source : Sujet TF1 Info

D'après le baromètre annuel du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, les clichés sexistes perdurent dans la société.
Séduction, monde du travail, vie de famille... Aucune sphère de la vie quotidienne n'y échappe.

Les clichés sexistes ont visiblement de beaux jours devant eux. D'après le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE), qui publie ce lundi son baromètre* annuel, "le sexisme ne recule pas en France". "Au contraire, il perdure", écrivent les auteurs.

Selon ce rapport, qui sera remis mercredi 25 janvier à Emmanuel Macron, une large partie de la population "reconnaît et déplore l'existence du sexisme, mais ne la rejette pas en pratique, majoritairement chez les hommes". "La persistance du sexisme dit 'ordinaire' est d'autant plus préoccupante qu'elle peut conduire aux manifestations les plus violentes", avertit le HCE. Dans toutes les sphères de la vie quotidienne, les stéréotypes se maintiennent toujours à des niveaux importants.

Sens de l'orientation et douceur au rendez-vous des clichés

Ainsi, "seulement 49% des femmes et 37% des hommes estiment problématique qu'une femme cuisine tous les jours pour toute la famille", rapporte ce sondage. Les clichés persistent également au sujet des enfants : 40% des hommes et 27% des femmes considèrent "qu'il est normal que les femmes s'arrêtent de travailler pour s'occuper de leurs enfants", tandis que "la présence d'une mère lors des rendez-vous relatifs aux enfants (médicaux, scolaires...) est plus importante que celle d'un père pour 21% des femmes et 26% des hommes".

Ces préjugés sont aussi présents au sujet de la séduction. "38% des femmes et 47% des hommes estiment qu'il est acceptable qu'un homme aborde une femme dans la rue pour lui proposer d'aller boire un verre", révèle ce baromètre. Une proportion similaire (38% des femmes et 52% des hommes) considère "qu'il est normal que l'homme paie l'addition au premier rendez-vous".

En outre, plusieurs affirmations restent majoritaires dans le pays. Ainsi, 65% des femmes et 77% des hommes "pensent que les hommes doivent protéger les femmes", et "50% des femmes et 62% des hommes considèrent que les femmes sont naturellement plus douces que les hommes".

D'autres clichés sont moins partagés, mais perdurent : 46% des femmes et 39% des hommes "pensent qu'il est plus difficile pour les hommes de pleurer que pour les femmes", 35% des hommes (et 20% des femmes) "pensent que les hommes ont naturellement plus le sens d'orientation que les femmes", tandis qu'un homme sur trois (34%) considère que "les poupées, c'est pour les filles, les camions pour les garçons", une opinion partagée par 20% des femmes.

Des stéréotypes qui franchissent aussi les portes du monde du travail. "Un employeur qui embauche un homme plutôt qu'une femme à compétences égales n'est perçu comme un problème que par 67% des hommes, contre 84% des femmes", note le HCE. Le physique n'échappe pas non plus aux clivages, puisque seuls "57 % des hommes considèrent qu'un homme qui commente la tenue vestimentaire d'une femme est problématique, contre 77 % des femmes".

Enfin, certains clichés sont davantage présents chez les jeunes. 23% des hommes considèrent que "le barbecue est une affaire d'hommes" : un taux qui monte à 32% chez les 25-34 ans. Et si seuls 8% des hommes estiment qu'il faut "vanter ses exploits sexuels auprès de ses amis pour être respecté en tant qu'homme dans la société", 20% des hommes de 25 à 34 ans partagent cet avis.

*Baromètre réalisé par l'institut Viavoice en ligne entre le 5 et le 26 octobre 2022, auprès d'un échantillon de 2500 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info