ET APRÈS ? - Une étude dédiée au quotidien et aux comportements d'achat des consommateurs dans une dizaine de pays pendant le confinement, laisse entrevoir les changements qui pourraient s’opérer au sein des ménages de l’Hexagone d’ici quelques semaines. Si certains sont d’ordre matériel, d’autres relèvent davantage d’une philosophie de vie... nouvelle ?

A quel point le confinement aura-t-il marqué les Français ? De quoi ont-ils le plus envie au sortir de la crise ? Comptent-ils opérer des changements notables dans leur mode de vie ? Autant de questions que balaie une étude Toluna et Harris Interactive*, dédiée au quotidien et aux comportements d'achat des consommateurs dans 18 pays, et qui laisse entrevoir les nouvelles habitudes qui pourraient s’opérer prochainement au sein de certains ménages de l’Hexagone. Alors que certaines sont d’ordre matériel, d’autres relèvent davantage d’une philosophie de vie.

Un changement de style de vie peu probable

"Compte tenu des changements que vous avez apporté à votre comportement à votre quotidien depuis le début de la pandémie, quelle est la probabilité que vous les intégriez à votre mode de vie à l'avenir ?" 1053 Français ont répondu à cette question, posée à plusieurs milliers de personnes à travers le monde. Si les niveaux les plus élevés d'intention de conserver les habitudes acquises sont observés en Italie (40%) et en Espagne (39%), cette probabilité n’atteint dans notre territoire que 27% tandis que 70% des personnes interrogées jugent cette éventualité peu probable et 3% envisagent de n’opérer aucun changement à leur style de vie. 

Des Français plus soucieux de leur santé à l'avenir

Chez les Européens, ce sont les Allemands qui se révèlent les moins susceptibles d'anticiper des changements d'attitude après la crise, à l’inverse des Espagnols et des Italiens. A mi-chemin entre ces deux tendances, les Français placent leur santé et celle de la planète au premier rang des domaines pour lesquels ils pourraient changer d’état d’esprit une fois la crise du coronavirus terminée. Ainsi, 34% et 29% des sondés considèrent respectivement qu’ils seront plus soucieux de leur état, et de celui l’environnement quant 21% pensent se montrer moins matérialistes, 20% plus optimistes face au futur, ce qui se révèle être le pourcentage le plus faible d’Europe.

Autre enseignement de ce baromètre : près d’un quart des personnes interrogées envisagent de tirer les leçons de la crise actuelle pour se mettre à économiser en cas de nouveaux cas durs. Seuls 5% ont l’intention de faire une croix sur leurs assurances (maladie, vacances…)

Besoin et envie de retrouver une vie sociale

Si les Italiens et les Britanniques ont hâte de pouvoir partir de nouveau en vacances, c’est le manque de sorties quotidiennes qui semble toucher principalement les Français (à l’instar des Espagnols). Ainsi, sortir pour aller boire un verre ou voir un film au cinéma pourrait être le premier plaisir que s’accorderaient 36% d’entre eux, dès lors que ce sera de nouveau possible. 

D’autres (33%), ont avant tout pour projet de partir en vacances dans leurs pays 33% contre 18% à l’étranger, ou de simplement dépenser de l’argent (10%). Enfin, une petite part des personnes sondées aimeraient, pour conclure cette période difficile, s’acheter quelque chose de valeur significative (5%).

* L'étude a été menée entre le 9 et le 16 avril auprès de 1053 consommateurs français


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info