Soupçons de maltraitance dans les crèches privées : quatre groupes convoqués par le gouvernement

par A. LG avec AFP
Publié le 11 septembre 2023 à 13h04

Source : JT 20h Semaine

Le gouvernement a annoncé convoquer prochainement les quatre grands groupes de crèches privées épinglés dans deux récents livres-enquêtes.
Les représentants de Babilou, La Maison Bleue et People & Baby et Les Petits Chaperons rouges auront à expliquer "concrètement ce qu'il s'est passé".

"Je veux comprendre concrètement ce qu'il s'est passé". Le gouvernement va convoquer la semaine prochaine les quatre grands groupes de crèches privées épinglés pour leurs dérives dénoncées dans deux récents livres-enquêtes (Le prix du berceau et Babyzness), a annoncé dimanche la ministre des Solidarités et des Familles Aurore Bergé. 

"Dès la semaine prochaine", les représentants des entreprises, Les Petits Chaperons rouges, Babilou, La Maison Bleue et People & Baby, "seront convoqués dans mon bureau", a déclaré la ministre sur Europe 1/CNews, avant de préciser : "Je veux surtout avoir leurs engagements".

"Je n'ai pas envie de continuer à avoir des parents et des rapports qui nous alertent"
Aurore Bergé

Elle a rappelé, comme elle l'a annoncé jeudi, vouloir "changer la loi", en rendant possible des contrôles au siège de ces entreprises, et non plus seulement dans chaque crèche. "Ouvrez vos livres de comptes, à l'Inspection générale des finances, à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), parce que je n'ai pas envie de continuer à avoir des parents et des rapports qui nous alertent", a lancé Aurore Bergé, cinq mois après un rapport choc de l'Igas sur la prévention de la maltraitance dans les crèches.

Elle réunira également dans les prochains jours "les préfets qui agissent dans les départements, en leur demandant de croiser toutes les données à disposition" pour "identifier les établissements à risque" et permettre des contrôles "très ciblés et très rapides".

Des contrôles "partout"

"Si certains ne respectent pas la sécurité, alors il faudra les fermer, et l'assumer vis-à-vis des parents", avertit la ministre. Les contrôles auront lieu "partout", y compris dans les crèches publiques, a précisé Aurore Bergé. 

Un rapport publié en avril par l'Igas "dit que les faits de maltraitance peuvent être aussi des actes individuels, c'est pas le modèle économique qui crée la maltraitance", a relevé la ministre. 

"Aujourd'hui, 20% des crèches sont privées, 80% sur modèle public ou associatif. Mais on a une augmentation massive du nombre de crèches privées, donc il faut bien comprendre quel est leur modèle économique de manière à garantir que leur croissance, leurs bénéfices, ne se fassent pas au détriment de nos enfants", a-t-elle ajouté.


A. LG avec AFP

Tout
TF1 Info