"Téléphone grave danger" : comment fonctionne ce dispositif dédié aux victimes de violences conjugales ?

Publié le 8 février 2024 à 15h27

Source : TF1 Info

Un homme a été tué mercredi soir dans des échanges de tirs avec la police intervenue à Noisy-le-Grand.
Ce dernier s'était présenté au domicile de son ex-compagne qui avait déclenché son "téléphone grave danger".
Depuis quinze ans, ce dispositif est mis a disposition des victimes de violences conjugales par la justice.

Un appel passé via un "téléphone grave danger" (TGD) a probablement évité un féminicide ce 7 février 2024 en région parisienne. Un homme, qui s'était présenté armé au domicile de son ex-campagne mercredi soir à Noisy-le-Grand, a été tué dans des échanges de tirs avec la police dépêchée sur place en urgence après le déclenchement de l'alerte. 

Peu avant 20h, "une femme a regardé par l'œilleton de sa porte et a vu son ex", a détaillé une source policière, précisant que cette dernière avait pris peur et activé le dispositif déployé en France il y a quinze ans. Voici, plus en détail, qui peut en bénéficier, et comment il fonctionne en pratique.

Qui peut en bénéficier ?

Le téléphone grave danger (ou TGD) peut être attribué "en cas de grave danger menaçant une victime de violences dans le cadre conjugal ou de viol", indique le ministère de la Justice. Son attribution relève d'une décision du procureur de la République et est valable pour une durée de six mois renouvelable. La victime doit y consentir "expressément", précise encore le ministère.

À titre de repère, aujourd'hui sur près de 5000 "téléphones grave danger" disponibles en France, près de 4200 sont attribués selon ces critères (contre 3556 en 2022).

Comment ça fonctionne ?

Au moindre danger, et notamment en cas de présence soudaine de l’ex-conjoint faisant l’objet d’une mesure d’éloignement, la personne victime de violence conjugale peut déclencher le dispositif en activant un simple bouton d’appel d’urgence préprogrammé.

Grâce à un service de téléassistance accessible 7J/7 et 24 heures/24, la police nationale comme les unités de la gendarmerie nationale mais aussi le parquet sont immédiatement informés. Grâce à la géolocalisation du bénéficiaire, l'intervention rapide des secours sur place est automatiquement déclenchée. 

"Il s'agit d'un téléphone complètement ordinaire. Personne ne peut penser qu'il s'agit d'un téléphone grave danger", souligne dans un reportage diffusé dans le Journal de 13H ce jeudi Ernestine Ronai, responsable de l'observatoire des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis. "Si je suis en danger, il est en bas de chez moi, je dis j'ai peur, j'appuie plusieurs fois. La police y va dans 100% des cas et dans les quatre minutes, ils arrivent", poursuit-elle.

Quelle efficacité ?

D’abord expérimenté, dès 2009 en Seine-Saint-Denis, le dispositif a été généralisé partout en France en 2024. À titre de repère, 300 TGD étaient attribués en 2019 contre 727 en 2020 et plus de 3500 en 2022. Cette même année, "2500 interventions sur activation du téléphone grave danger", ont été recensées, a indiqué le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti sur le réseau social X ce jeudi, contre 1185 en 2020. En 2021, ce dernier avait qualifié le téléphone grave danger "d'outil fantastique" et "particulièrement efficace" qui a permis d'éviter "beaucoup de violences". 


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info