Tempêtes Ciaran et Domingos : pourquoi des foyers sont toujours privés d'électricité, dix jours après ?

Publié le 13 novembre 2023 à 15h29

Source : JT 20h Semaine

Dix jours après le passage de la tempête Ciaran, 8000 foyers sont toujours privés de courant ce lundi en Bretagne.
Pour Enedis, c'est "l'accessibilité difficile et l'ampleur des dégâts" qui retardent le retour à la normale par endroit.
Des délais "en corrélation avec le caractère exceptionnel de l'évènement", pour le gestionnaire d'électricité.

Il y a dix jours, dans la nuit du 1er au 2 novembre, la tempête Ciaran a balayé l'ouest de la France. Dès les premières rafales, des pannes d'électricité se sont enchainées sur l’ensemble des départements bretons, avec au matin du 2 novembre pas moins de 780.000 habitants privés de courant. Ce lundi, plus d'une semaine après la catastrophe, 8000 foyers étaient toujours concernés, contre 13.000 ce dimanche et 20.000 samedi.

Comment l'expliquer ? Les délais de retour à la normale, plus longs par endroit, sont "en corrélation avec le caractère complètement exceptionnel de l'évènement", résume Bernard Prost, porte-parole d'Enedis, évoquant "l'ampleur des dégâts et l'accessibilité difficile" qui en découlent. "De mémoire de Breton, on n'avait pas vu ça depuis 1999 avec des pointes de vents de 207 km/h", poursuit celui qui a déjà été dépêché sur le terrain lors d'autres catastrophes dans le passé, dont la tempête Xynthia en 2010.

8000 poteaux électriques acheminés de la France entière

"Ça fait quinze jours qu'il pleut ou qu'il fait très humide en continu" ce qui engendre "des dizaines de centimètres de boue dans laquelle des engins de plusieurs tonnes doivent progresser" pour œuvrer au rétablissement du courant, illustre encore le représentant d'Enedis, mentionnant par ailleurs "des forêts entières de pins couchés" et des "poteaux réduits à de petites allumettes". Dans ce contexte, les équipes n'interviennent pas "pour des opérations de dépannage mais bien de reconstruction". 

En témoignent les "1000 kilomètres de réseau électrique reconstruits" depuis le passage de la tempête, soit environ l'équivalent de la distance qui sépare Brest et Marseille. "8000 poteaux de la France entière ont été acheminés" et "1200 groupes électrogènes ont d’ores et déjà été déployés ces derniers jours" tandis que "200 autres arrivent", détaille-t-il.

"Comme un Samu de l'électricité"

"Dans d'autres circonstances, on a pu dépanner en urgence et il va falloir réintervenir a postériori pour consolider ou remplacer", précise encore ce dernier, soulignant que la question de dépanner ou reconstruire s'apprécie sur le terrain en fonction des dégâts. "Pour l'instant, on intervient comme un Samu de l'électricité", résume-t-il.

Grâce à cette mobilisation inédite d'Enedis, plus des 99% des foyers bretons sinistrés ont de nouveau de l'électricité ce lundi, alors que 2400 salariés du gestionnaire d'électricité et d’entreprises prestataires sont toujours mobilisés sur le terrain. "On a fait venir des équipes de la France entière en amont de la tempête", rappelle Bernard Prost, insistant sur le fait que cette anticipation a permis d'entamer la reconstruction "dès le lendemain". Les travaux concernant certaines réalimentations individuelles ou nécessitant encore de reconstruire une partie du réseau vont se poursuivre tout au long de la semaine. 

Dans ce contexte, Enedis appelle les habitants des zones sinistrées à la plus grande vigilance, en leur rappelant de ne toucher, en aucun cas, un fil ou un câble à terre et les invitant à ouvrir l'œil, ces derniers n'étant pas toujours visibles, notamment en forêt mais peuvent néanmoins être encore sous tension.


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info