Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Si nous avions les moyens de faire plus de tests, nous le ferions", reconnaît le président du Conseil scientifique

La rédaction de LCI
Publié le 25 mars 2020 à 0h19
JT Perso

Source : TF1 Info

EPIDEMIE - Pourquoi la France ne fait-elle pas davantage de tests de dépistage du coronavirus ? Le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique sur le Covid-19, a réagi ce soir en indiquant que le nombre de tests réalisés allait s'accroître.

"Testez, testez, testez." Alors que l''Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé la semaine dernière tous les pays à accentuer les programmes de dépistage de la population pour freiner la pandémie de Covid-19, la France est toujours à la traîne. Le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, qui intervient auprès d'Emmanuel Macron et Olivier Véran dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus, est revenu ce mardi soir sur cette question dans le journal de 20 heures de TF1.

Premier problème pointé du doigt : il n'y a pas aujourd'hui assez de tests disponibles. "Si nous avions les moyens de le faire, probablement que nous le ferions, parce que cela permettrait d'avoir une meilleure idée de ce qui se passe, en particulier pour les populations fragiles, a-t-il indiqué. Cela permettrait notamment de savoir ce qui se passe dans les Ehpad". 

Lire aussi

8.000 à 9.000 tests par jour

Toutefois le scientifique a tenu à préciser que la "France réalisait autour de 8.000 à 9.000 tests par jour", tout en reconnaissant que "c'est une technique assez compliquée". "Le prélèvement n'est pas simple, ce n'est pas une prise de sang. Il se fait par voie nasale, ou avec la salive. C'est ensuite un test par biologie moléculaire qui peut être rendu dans un délai de 12 à 24 heures et non pas 48 heures comme je l'ai entendu", a-t-il déclaré.

Puis, s'appuyant sur nos voisins européens, le Pr Jean-François Delfraissy a précisé que de très nombreux pays étaient au même niveau que la France : "L'Allemagne, qu'on cite souvent en exemple, est autour de 16.000 tests par jour ; il y a une différence mais elle n'est pas si massive que ça", a-t-il dit. 

Lire aussi

La France devrait avoir assez rapidement un niveau de tests beaucoup plus important dans les semaines qui viennent.

Le Pr Jean-François Delfraissy

Le bémol, selon lui, c'est "la limitation dans les réactifs, mais c'est en train de changer à une vitesse très importante", a-t-il annoncé. "Des commandes ont été réalisées, des équipes s'y sont mises. Résultat, la France devrait avoir assez rapidement un niveau de tests beaucoup plus important dans les semaines qui viennent", a-t-il indiqué, évoquant pour finir la stratégie qu'il faudra mettre en place après le confinement imposé par les autorités.

"On va d'abord les utiliser pour les Ehpad, pour séparer les personnes qui seraient positives de celles qui sont négatives, et puis surtout on est en train de réfléchir à la période qui viendra après le confinement, l'épidémie continuera mais on aura des stratégies qui s'appuieront sur ces tests, et un dépistage beaucoup plus massif. Ceci est en cours de réflexion et rien n'est décidé. Cela va dépendre aussi à la capacité que nous avons à mettre ce dispositif sur le territoire national", a-t-il toutefois prévenu.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info