Le WE

TikTok : quand la médecine utilise les réseaux sociaux pour dédramatiser l'acte chirurgical

V.F
Publié le 22 octobre 2021 à 20h26
JT Perso

Source : JT 20h WE

SECOND DEGRÉ - Comment dédramatiser la chirurgie ? Il semblerait qu'un étudiant en médecine ait trouvé la solution en adoptant les codes des réseaux sociaux. Avec à la clé, des vidéos qui font des millions de vues.

L'opération de cette aubergine, dans la vidéo en tête de cet article, a été visionnée plus de trois millions de fois sur TikTok. Son auteur s'appelle Robin Goncet, un étudiant en sixième année de médecine à Grenoble (Isère) où il passe ses journées entre les révisions à la bibliothèque et l'hôpital où il observe les moindres faits et gestes des chirurgiens.

Des postures qu'il répète à l'identique dans sa chambre d'étudiant, transformée en bloc opératoire. Mais ici pas une goutte d'hémoglobine ne sera déversée, car ses patients sont des fruits qu'il opère avec minutie devant la caméra pour expliquer son métier de manière ludique. "Cet ananas va être ma patiente, ça va être Emma qu'on va opérer d'une grossesse extra-utérine. Pour représenter l'opération, je vais utiliser des bonbons pour faire les trompes de Fallope. Et des fraises pour représenter l'utérus", explique-t-il dans le JT de 20H.

"Une idée géniale"

Après un premier stage il y a deux ans, la chirurgie devient pour Robin une vocation, les fruits, ses cobayes. "C'est quelque chose qui se fait avec les étudiants au tout début pour tester un peu le matériel et s'entraîner à faire quelques points. Et je me suis dit, pour rigoler, je vais leur mettre des yeux, leur donner un prénom, raconter une petite histoire qui sera un prétexte pour suturer", poursuit le jeune homme

Ses vidéos se font vite remarquer sur les réseaux sociaux. Jusqu'à la communauté médicale qui s'intéresse de près à son travail. "Je trouve que l'idée est absolument géniale. On est sur de la vulgarisation, mais dans le bon sens du terme. Et ça permet de façon ludique de dédramatiser l'acte chirurgical en l'expliquant simplement aux patients et patientes", se ravit le Pr Didier Riethmuller, chef du service gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction (CHU de Grenoble - Isère).

Lire aussi

Devant le succès grandissant des vidéos de Robin Goncet, l'hôpital prévoit désormais de les diffuser dans les salles d'attente. 


V.F

Tout
TF1 Info