Transition énergétique : les quatre points à retenir de la loi

Publié le 22 juillet 2015 à 22h04
Transition énergétique : les quatre points à retenir de la loi

ENVIRONNEMENT - Les députés ont adopté définitivement, mercredi soir, la loi sur la transition énergétique. De la lutte contre le gaspillage alimentaire à la réduction du nucléaire, metronews fait le point sur ce qu'il faut en retenir.

Le Parlement a adopté définitivement, mercredi soir, la loi sur la transition énergétique. A quelques mois seulement de la conférence mondiale sur le climat, qui doit se tenir en décembre prochain à Paris, inscrit dans les textes un certain nombre d'objectifs pour rendre plus respectueuse de l'environnement notre vie de tous les jours. La loi prévoit ainsi, entre autres, de réduire la consommation énergétique de la France de 50% d'ici à 2050, de multiplier le nombre de bornes de recharge électrique ou encore d'améliorer le recyclage des déchets. Zoom sur les principaux éléments à retenir.

A LIRE AUSSI >> Transition énergétique: ce que propose Ségolène Royal

Baisse du nucléaire
C'était l'une des promesses de campagne du candidat Hollande, négociée avec les écologistes : faire passer la part du nucléaire dans la production d'électricité française de 75% aujourd'hui à 50% d'ici à 2025. Pour compenser, la loi sur la transition énergétique prévoit entre autres d'augmenter la part des énergies renouvelables, de tout juste 13,7% en 2012 à 32% en 2030.

A LIRE AUSSI >> Fermeture de Fessenheim, une promesse de campagne malmenée

Réduction des émissions de gaz à effet de serre
Pour lutter contre les dérèglements climatiques, les députés ont fixé pour objectif une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 40 % en 2030 par rapport à leur niveau de 1990, baisse qui devrait se faire par palliers de cinq ans.

Hausse du prix du carbone
C'est une application concrète de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Afin d'inciter les entreprises à devenir moins énergivore, la "contribution climat énergie", qui permet de facturer aux entreprises leurs émissions de CO2, verra son tarif multiplié par quatre lors des quinze prochaines années. Instaurée en 2014, elle est aujourd'hui de 14,50 euros par tonne de dioxyde de carbone émise, et doit atteindre l'an prochain 22 euros. D'ici à 2030, elle doit désormais grimper jusqu'à atteindre 100 euros la tonne.

Fin du gaspillage alimentaire
L'Assemblée nationale a enfin adopté des mesures qui doivent interdire aux grandes surfaces de jeter leurs invendus. A la place, elles devront faire en sorte de redistribuer leurs invendus aux associations en charge de l'aide alimentaire, pour l'alimentation animale ou encore à des fins de compost.

EN SAVOIR + >> Ce que les supermarchés n'auront plus le droit de faire


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info