Transplantation d’arbres : comment déraciner et replanter vos végétaux ?

par Chloe BENOIST pour TF1 INFO
Publié le 3 décembre 2023 à 10h00

Source : JT 13h Semaine

La période de transplantation s’étend de novembre à février.
Le déracinement n’est pas sans conséquence pour l’arbre.
Plusieurs étapes sont à respecter pour réussir la transplantation.

Avec l’automne, la saison de la transplantation est lancée. Cette période marque le début du repos végétatif, qui dure environ jusqu’à la fin du mois de février, et qui permet d’opérer d’éventuels déplacements d’arbres. Qu’il soit trop près d’une clôture, pas suffisamment exposé au soleil, ou pour cause de déménagement, les raisons pour transplanter un arbre sont multiples. 

Ce qu’il faut savoir avant de procéder à une transplantation

Si l’envie de déplacer un arbre par convenance est tentante, la transplantation n’est pas sans conséquence. C’est même une action qui s’avère traumatique pour la plante, rapporte le jardinier Alain Baraton sur France Inter, puisque l’arbre voit ainsi son environnement modifié. De même, cela impacte tout l’écosystème qui s’est développé autour de l’arbre et peut donc détruire, ou fortement perturber, toutes les vies qui s’y sont développées. Néanmoins, il est bien sûr préférable de transplanter votre arbre plutôt que de l’abattre. 

Avant de déplacer votre plante, il est recommandé de préparer le trou à l’endroit où elle sera replantée, afin de pouvoir la remettre en terre le plus rapidement possible. Mieux vaut prévoir un trou plus grand que trop petit, cela facilitera le développement de nouvelles racines et permettra à l’arbre de se faire une place plus rapidement dans son nouvel environnement. Il est aussi judicieux de tailler l’arbre avant le transfert. 

Comment transplanter ?

Si la transplantation d’un arbre est possible, elle n’est pas sans risque, puisqu’il est toujours possible qu’il ne s’acclimate pas à son nouvel environnement. C’est pourquoi plusieurs étapes sont à respecter pour favoriser une bonne reprise. La première chose à faire est de séparer la ramure de l’arbre, peut-on lire sur le site de Jardiland. Il s’agit de découper une motte située autour du tronc, en y intégrant le plus de racines possibles. Plus l’arbre est volumineux, plus la motte sera importante. Il faut ensuite bien dégager la terre autour de cette zone, afin de faciliter l’extraction de l’arbre. Cette manœuvre peut s’avérer délicate puisqu’il faut veiller à ce que la motte ne se brise pas lorsque l’arbre est retiré du sol. Pour cette opération, il est conseillé de se munir d’une bêche, pour faire levier et ainsi le soulever avec précaution. 

Arroser régulièrement après la transplantation

La motte doit être conservée dans un bac rempli de terre ou de sable, le temps du déplacement. Si l’arbre est trop lourd, il peut être disposé dans une bâche le temps du transfert, qui doit être le plus court possible. 

Pour la transplantation, il faut veiller à ce que l’arbre soit enterré à la même profondeur qu’auparavant. Il est préconisé de disposer de l’engrais dans le trou avant la plantation. Le trou doit ensuite être rebouché avec de la terre, qu’il faudra tasser au fur et à mesure pour une meilleure tenue de l’arbre. Il faudra veiller à arroser l’arbre abondamment durant l’année qui suit la transplantation, pour favoriser son implantation dans le sol. 

Attention toutefois, si l’automne et l’hiver sont propices aux transplantations, mieux vaut éviter d’attendre les fortes gelées, qui rendront le sol trop dur.


Chloe BENOIST pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info