Trottinettes électriques : accidents, dégradations, négligence... comment Rome veut les contrôler

M.L avec AFP
Publié le 1 juillet 2022 à 16h28
JT Perso

Source : JT 20h WE

Faute de transports publics satisfaisants, touristes et actifs ont pris d'assaut les trottinettes électriques dans la capitale italienne.
Face à des problèmes de circulation et des risques pour la sécurité routière, la municipalité a décidé de renforcer les conditions de location des véhicules et de mieux gérer ce parc.

Alors que les trottinettes électriques se sont imposées dans les paysages urbains ces dernières années, les incidents impliquant ces appareils font fréquemment des blessés et parfois même des morts. Jeudi, un petit garçon ukrainien âgé de cinq ans est décédé à Nice après avoir été heurté par une trottinette électrique qui roulait à vitesse excessive. En Italie, la ville de Rome a décidé de sévir contre ce fléau : sa police municipale enregistre en moyenne 15 accidents par mois liés aux trottinettes. 

Le 9 mai, un homme de 24 ans est mort dans une collision avec une voiture. D'après le Codacons, association italienne pour la protection des consommateurs, cet accident porte à 17 le nombre de morts sur les trottinettes en Italie depuis leur introduction, dont quatre cette année. Elle demande plus de sécurité et un meilleur encadrement de ce moyen de transport. 

Les trottinettes électriques se sont ainsi mêlées aux mythiques Vespa de Rome, symboles d'une douceur de vivre aujourd'hui révolue : quand elles ne serpentent pas dangereusement dans le trafic déjà chaotique de la Cité éternelle, elles sont abandonnées sur les trottoirs. Certains conducteurs sont aussi responsables de dégradations du patrimoine de la ville, ce qui irrite les autorités romaines qui ont souhaité réagir.

Identité contrôlée et vitesse réduite

Une nuit de juin, deux jeunes touristes américains en goguette ont dévalé en trottinette le célèbre escalier de la Place d'Espagne, abîmant plusieurs marches de ce chef-d'œuvre du XVIIIe siècle pour un préjudice estimé à plus de 25.000 euros. Trahis par les caméras de surveillance, ils ont été contraints à une amende de 400 euros chacun.

Rome compte sept compagnies de location agréées pour un parc total de 14.500 trottinettes en libre-service. Pour les activer, une simple application sur téléphone portable suffit, moyennant un euro au déverrouillage pour tous et puis de 15 à 25 centimes par minute selon la compagnie. Dans une ville dont les transports publics sont notoirement déficients, elles sont devenues incontournables pour les touristes, les jeunes mais aussi certains actifs qui courent après le temps. La cohabitation avec la route est tendue. 

Lire aussi

Pressée par les médias et les administrés excédés, la mairie de Rome a décidé de serrer la vis. Selon un projet de nouveau règlement qui devrait entrer en vigueur en janvier 2023, la capitale italienne entend réserver la location des trottinettes aux majeurs avec obligation d'inscription au moyen d'une carte d'identité. Les autorités veulent aussi réduire le nombre d'opérateurs à trois et limiter la vitesse à 20 km/h, contre 25 actuellement.

Le département chargé de la mobilité de Rome a affirmé à l'AFP que la mairie entendait faire en sorte que l'utilisation des trottinettes devienne véritablement intégrée aux transports en commun, en limitant leur usage ludique. Même les compagnies cherchent à mettre de l'ordre. Bird, un des opérateurs, ne fait pas exception : depuis le 13 juin, les utilisateurs doivent se garer correctement dans des parkings dédiés. 


M.L avec AFP

Tout
TF1 Info