#TuViensDeParisSi, le hashtag qui montre que les Parisiens ont (beaucoup) d’humour

Sibylle Laurent
Publié le 8 mai 2015 à 13h10
#TuViensDeParisSi, le hashtag qui montre que les Parisiens ont (beaucoup) d’humour
L'essentiel

C'EST TENDANCE - Depuis mercredi, le hashtag #TuViensDeParisSi est en tête des trendings topics sur Twitter. Les Parisiens y racontent leurs anecdotes drôles ou insolites liées à la capitale. Vous êtes Parisiens ? Vous vous reconnaîtrez. Vous ne l’êtes pas ? Vous serez content de ne pas habiter ici. Tour d’horizon.

Paris ? La plus belle ville du monde, c’est bien connu. Mais le charme ne serait pas le même sans les loyers démesurés, les meutes de pigeons, les nuages de pollution récurrents, les usagers blasés, ou les stations de stations de métro bondées...

Besoin d'en parler ? Peut-être. En tout cas depuis quelques jours, le hashtag #TuViensDeParisSi est en tête des trendings topics sur Twitter. Les internautes y racontent les anecdotes drôles ou insolites qui résument pour eux Paris. Vous êtes Parisiens ? Vous risquez de vous reconnaître. Vous ne l’êtes pas ? Vous allez constater que les habitants de la capitale vivent bien dans un monde parallèle.

D'abord, il y a les prix. Un peu cher un jus d'orange à 6, 90 euros ? Ah mais pas du tout.
 


Forcément, les Parisiens ne vivent pas dans le même univers qu'ailleurs. Tout y est plus petit.


Du coup, ils n’appliquent pas non plus les mêmes règles que dans le reste de la France.


Bien sûr, les transports sont un grand terrain de jeu des Parisiens.


Dans le même genre, tout ce qui dépasse le périphérique est pour eux un vaste monde inconnu.


Mais dans tous les cas, ils assument. C'est ça qui est bien. Ou pas, en fait.


Face aux succès du hashtag parisien sur la toile, les autres coins de France entendent bien ne pas se laisser faire. Chacun a ainsi dégainé son hashtag régional. Avec #TuViensDeBretagneSi , force est de constater que les Bretons ont aussi vite pris de la place. Mais là, ça parle de crêperies, beurre salé, météo bol breton, et… beaucoup d’alcool.


A LIRE AUSSI >> Avec Outings Project, un artiste parisien lance le front de libération des peintures de musée