Notre-Dame de Paris : la résurrection de la cathédrale après l'incendie

Un mystérieux sarcophage en plomb découvert sous Notre-Dame de Paris

Léa LUCAS
Publié le 15 mars 2022 à 7h33, mis à jour le 15 avril 2022 à 12h44
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Plusieurs sépultures, datant du XIVe siècle, ont été découvertes ce lundi sous Notre-Dame de Paris.
Ces fouilles archéologiques sont indispensables avant les travaux de reconstruction de sa flèche.
Celle-ci, détruite par un incendie en avril 2019, avait ému la France, mais aussi le monde entier.

Malgré des siècles d'existence, Notre-Dame de Paris cache encore bien des secrets. Plusieurs sépultures, dont un sarcophage en plomb datant probablement du XIVe siècle, ont été découvertes lors d'une opération de fouilles archéologiques préalable aux travaux de reconstruction de sa flèche qui avait brûlé en avril 2019, a annoncé ce lundi le ministère de la Culture.

Ces vestiges, mis au jour lors de cette fouille "préventive" au niveau de la croisée du transept de la cathédrale, partiellement détruite par l'incendie d'avril 2019, sont "d'une qualité scientifique remarquable", selon le ministère. Parmi ces sépultures, "un sarcophage anthropomorphe en plomb, intégralement conservé a été dégagé". Il pourrait s'agir de celui "d'un haut dignitaire, datant probablement du XIVe siècle", d'après la même source.

L'opération a également mis en évidence, immédiatement sous le niveau de dallage actuel de la cathédrale, "l'existence d’une fosse dans laquelle ont été enfouis des éléments sculptés polychromes identifiés comme appartenant à l'ancien jubé de Notre-Dame (tribune formant une clôture de pierre ou de bois et séparant le chœur liturgique de la nef : ndlr), construit vers 1230 et détruit au début du XVIIIe siècle". Lors de  précédents travaux, au milieu du XIXe siècle, Viollet-Le-Duc, concepteur de la flèche, avait retrouvé d'autres fragments de ce jubé, aujourd’hui exposés au musée du Louvre.

Lire aussi

A noter que cette fouille débutée le 2 février dernier - et entreprise par l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) en amont du montage de l'échafaudage - est indispensable aux travaux de reconstruction de la flèche. L'établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame a rendu possible leur poursuite jusqu'au 25 mars, selon le ministère qui n'a toutefois pas pu fournir davantage de précisions quant à leur devenir.


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info