Visionnée plus de 5 millions de fois, l'agression d'un religieux au cours d'un office est présentée comme tournée en France.
C'est un blogueur britannique d'extrême-droite, régulièrement accusé de racisme, qui relaie la séquence.
Elle date en réalité de 2020 et a été tournée au Guyana, pays d'Amérique du Sud voisin du Brésil.

En l'espace de deux jours, une vidéo montrant un prêtre en plein office a été consultée près de 6 millions de fois. La séquence, qui s'est propagée sur les réseaux sociaux, montre le religieux être pris à partie par un homme. Ce dernier s'approche de lui et semble le menacer, il lui assène un coup sur la tête puis s'éloigne, tout en emportant avec lui un ouvrage.

L'internaute qui relaie ces images, un Britannique comptant quasiment 200.000 abonnés sur Twitter, se contente d'une légende particulièrement brève : "France.", écrit-il. Laissant entendre de la sorte que cette scène aurait été filmée dans l'Hexagone. Pourtant, il n'en est rien. 

Un déséquilibré filmé en 2020 au Guyana

L'utilisateur qui partage la vidéo n'est pas un inconnu : il s'agit d'un certain David Vance, un homme que la presse anglo-saxonne décrit comme un "blogueur d'extrême-droite", régulièrement "accusé de propos racistes". Des mises en cause qui lui ont d'ailleurs par le passé valu une suspension du réseau social, où il a depuis fait son retour. 

La séquence, contrairement à ce qu'il suggère, n'a aucun lien avec la France. Des internautes suspicieux ont fouillé en ligne pour retrouver des mentions d'une telle scène. Ils ont ainsi constaté que l'agression avait eu lieu au Guyana, un pays d'Amérique du Sud situé entre le Vénézuéla et le Surinam, qu'il ne faut pas comprendre avec la Guyane française située plus à l'est. 

Un média local, Stabroek News, rapporte que l'incident s'es déroulé le 7 novembre 2020, tôt dans la matinée. L'évêque de la ville de Georgetown, la capitale du Guyana, était en train d'assurer une messe lorsque que l'individu est entré et a perturbé l'office. Mgr Francis Alleyne, dans les colonnes du journal, a expliqué soupçonner "que son agresseur se trouvait sous l'influence de quelque chose et qu'il ne contrôlait pas pleinement ses actions" au moment des faits. "Je n'ai pas eu le sentiment qu'il se comportait comme quelqu'un voulant manifester une agressivité envers l'église", a-t-il ajouté.

L'évêque a assuré n'avoir pas été blessé par le coup qui lui a été porté, soulignant que l'homme ayant pénétré dans l'église (semble-t-il privé d'une partie de ses facultés mentales) lui avait volé une bague et sa croix. Les deux bijoux ont été rapidement retrouvés, tout comme la Bible emportée elle-aussi au cours de cet incident. Si certains ont été étonnés que la scène ait été filmée, il faut noter que cela n'a rien d'inhabituel dans cette église du Guyana. Les offices sont en effet régulièrement diffusés en streaming. L'évêque, visiblement peu affecté par les événements, n'avait manifesté aucune animosité envers son agresseur, espérant qu'il puisse être pris en charge et bénéficier d'une assistance. Des personnes comme lui ont "ont désespérément besoin d'aide", mais se trouvent souvent "laissées à la rue", a-t-il déploré.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info